Russie: les drapeaux du Maroc et du Sénégal au sommet d’Elbrouz

RUSSIE : ZAKARIA NAJI LAMRANI PLACE LES DRAPEAUX DU MAROC ET DU SÉNÉGAL AU SOMMET D’ELBROUZ

Nouveau défi relevé pour le médecin marocain Zakaria Naji Lamrani. Au sommet de l’Elbrouz, plus haut mont de Russie, il a déployé les drapeaux du Maroc et du Sénégal, son deuxième pays. L’exploit est d’autant plus remarquable que les conditions météorologiques étaient dantesques.




Médecin spécialiste en cardiologie et installé au Sénégal, l’alpiniste marocain Zakaria Naji Lamrani a réalisé l’ascension du mont Elbrouz (5 643 m), l’un des Sept sommets situé en Russie.

L’exploit est remarquable, d’autant plus que le praticien a été le seul à avoir réalisé la montée jusqu’au sommet ce jour-là, sous des conditions météorologiques qui ont fait reculer de nombreux autres alpinistes : une tempête de neige (70km/h), un froid glacial (-33°C) et presqu’aucune visibilité (moins d’un mètre).

Le docteur Naji Lamrani rejoint ainsi la liste des alpinistes, amateurs et professionnels, à avoir représenté le Maroc jusqu’au sommet d’Elbrouz.

Dans une première, il a permis aussi au drapeau du Sénégal de flotter sur le plus haut point de l’Europe.

À l’issue de son exploit, il a ainsi été reçu à l’ambassade du Sénégal en Russie. «C’est pour moi un signe important de reconnaissance envers ce que je considère être mes deux pays.




Je suis fier de représenter le Maroc où je suis né et où j’ai grandi au sein de ma famille, et je me dois d’exprimer, par la même occasion, ma gratitude envers le pays qui m’a accueilli pour continuer mes études en spécialité, m’a ouvert les bras et m’a permis d’être une meilleure version de moi-même, d’avoir une deuxième famille même en étant loin de la terre natale» a-t-il déclaré, à son retour de cette expédition.

À travers ses ascensions qu’il qualifie de «quête spirituelle», le médecin souhaite aussi montrer aux plus jeunes que «rien n’est impossible dans la vie, d’où que l’on vient, malgré les obstacles que l’on peut rencontrer et le poids des difficultés de la vie qu’on est amené à porter sur ses épaules».

«C’est après tant de souffrances, d’incertitudes, de peur parfois et de mise en difficulté qu’arrivé au sommet, on a la plus belle illustration de ce que l’on est capable de faire, une fois que l’on accepte de voir les obstacles et d’aller au-delà.




C’est un exercice mental qui transcende l’ascension en elle-même», a-t-il encore déclaré. En septembre 2021, Dr. Zakaria Naji Lamrani avait réalisé l’ascension du mont Kilimandjaro (5 895 m.), plus haut point de l’Afrique situé en Tanzanie.

Pour se préparer physiquement et mentalement à ce nouveau défi en Russie, qu’il a été amené à relever dans des conditions inhabituelles par rapport à ses précédentes montées, le médecin a déclaré s’être acclimaté au froid avec des bains de glace réguliers.

Lors de sa préparation, le médecin a aussi réalisé l’ascension du mont Toubkal (4 167 mètres) à plusieurs reprises en un temps court. L’une de ces expéditions au Maroc a été pour lui l’occasion d’encadrer l’ascension de son neveu, Sami Tazi.

À l’âge de 4 ans, l’enfant est ainsi devenu le plus jeune au monde à avoir atteint le plus haut point de l’Afrique du Nord.