Visas: l’Union marocaine du travail dénonce la gestion néocolonialiste de la France

VISAS: L’UNION MAROCAINE DU TRAVAIL DÉNONCE LA GESTION NÉOCOLONIALISTE DES CONSULATS FRANÇAIS

Le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, a condamné «fermement» le traitement des demandes de visa par les services consulaire de France au Maroc.




Le secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT), Miloudi Moukharik, a reçu au siège de l’Union marocaine du travail, à Casablanca, le secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU) française, Benoît Teste, ainsi qu’une délégation de syndicats du personnel consulaire.

L’occasion a été pour Miloudi Moukharik de souligner que le positionnement du gouvernement français en matière de politique des visas envers les ressortissants marocains, ainsi que la systématisation des refus qui en découle, relevaient d’une approche «néocolonialiste», préjudiciable à une large catégorie de travailleurs, de fonctionnaires et d’étudiants, qui remplissent pourtant toutes les conditions d’éligibilité.




Il a également souligné, dans le même contexte, qu’il est «inacceptable de retenir illégalement les frais des visas non accordés ou refusés». Dans ce sens, il a appelé les membres de la FSU à «intervenir en France auprès des concernés par ce dossier».

Pour sa part, le secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU) française a déclaré partager l’avis de l’Union marocaine du travail sur ce problème. Il a aussi exprimé sa détermination à employer les moyens nécessaires «pour dissuader les autorités françaises de cette approche déraisonnable».

Au cours de cette réunion, les deux parties ont par ailleurs exprimé leur volonté de développer le partenariat syndical et d’échanger sur des sujets d’intérêt commun, notamment les systèmes de retraite, le renforcement des secteurs de la fonction publique de l’éducation et de la santé, ainsi que la lutte contre la précarité au travail.




Cette rencontre s’inscrit d’ailleurs dans le cadre des «fortes relations de solidarité» entre les deux centrales syndicales, où sont représentés les salariés et les cadres du corps diplomatique français des consulats et instituts français, indique un communiqué de l’Union marocaine du travail.

Cette visite du secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU) française, Benoît Teste, et d’une délégation de syndicats du personnel consulaire intervient également après la demande du syndicat français de travailler conjointement avec l’Union marocaine du travail sur la préparation des élections professionnelles du corps diplomatique, consulaire et éducatif français au Royaume du Maroc, qui sont prévues au cours du mois de décembre 2022.