Prévention des catastrophes naturelles: le dispositif mis en place par le Maroc

CATASTROPHES NATURELLES: QUEL EST LE DISPOSITIF MIS EN PLACE PAR LE MAROC?

L’Organisation des Nations unies a décrété le 13 octobre journée Internationale de la prévention des catastrophes naturelles. L’occasion de rappeler le dispositif mis en place par le Royaume du Maroc.




En 1990, l’Assemblée générale de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) a décrété le 13 octobre comme « journée internationale pour la prévention des catastrophes naturelles ».

Ce jour est consacré chaque année à la sensibilisation du public sur les différentes thématiques liées aux risques naturels, inondations, tremblements de terre, ouragan…

Des phénomènes auxquels le Maroc est particulièrement vulnérable, de par sa position géographique.

Le Royaume prend ainsi les devants en réduisant la vulnérabilité et en renforçant la résilience des populations et des territoires contre les catastrophes naturelles. Une stratégie nationale de gestion des risques des catastrophes naturelles 2020-2030 a été mise en place dans ce sens.




Les objectifs stratégiques sont l’amélioration de la connaissance et l’évaluation des risques, la promotion de la prévention des risques en vue de renforcer la résilience, ainsi que l’amélioration de la préparation aux catastrophes naturelles pour un relèvement rapide et une reconstruction efficace.

Une stratégie dont les principes directeurs reposent également sur la concertation, la prévention comme pratique culturelle, la responsabilité partagée et le principe de subsidiarité, la mutualisation et optimisation des moyens engagés, la convergence sectorielle pour un développement durable, le dynamisme et ouverture sur l’environnement régional et international et enfin l’inclusion du caractère structurel du changement climatique.




CINQ AXES STRATÉGIQUES

Le plan couvre quatre types de catastrophes naturelles, à savoir les tsunamis, les séismes, l’érosion des sols et les inondations. Des phénomènes dont le risque demeure important dans le contexte actuel de réchauffement climatique.

Cinq axes stratégiques définissent le plan:

– LE RENFORCEMENT DE LA GOUVERNANCE

– LA PRÉVENTION ET LE DÉVELOPPEMENT DE LA RÉSILIENCE

– L’AMÉLIORATION DE LA CONNAISSANCE ET L’ÉVALUATION DES RISQUES

– LA PROMOTION DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ET DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE

– LA PRÉPARATION AUX CATASTROPHES NATURELLES POUR UN RELÈVEMENT RAPIDE ET UNE MEILLEURE RECONSTRUCTION

Le plan opérationnel vise à réaliser les objectifs stratégiques, à assurer la cohérence des axes et programmes et leur convergence avec la vision, ainsi qu’à traduire lesdits programmes en projets à réaliser par les différents acteurs concernés, alors que le plan d’action fait ressortir les différentes actions dont la réalisation est jugée nécessaire dans un délai ne dépassant pas trois années.