Extorsion et corruption au tribunal correctionnel de Aïn Sebaâ?

CORRUPTION: NOUVELLE AFFAIRE D’EXTORSION AU TRIBUNAL CORRECTIONNEL D’AÏN SEBAÂ

Dans une vidéo diffusée en ligne, un individu fait de graves révélations sur une tentative d’escroquerie qui impliquerait des responsables judiciaires.




Ce sont des révélations qui, si elles s’avèrent vraies, risquent de gravement nuire à la réputation du tribunal correctionnel d’Aïn Sebaâ, et avec lui l’ensemble du système judiciaire du royaume du Maroc.

Une vidéo diffusée par le responsable commercial d’un projet immobilier à Mansouria comporte de graves accusations envers plusieurs personnes, dont des responsables dans le secteur de la justice opérant principalement dans le dit tribunal.

C’est ce que rapporte le journal arabophone Assabah. D’après le quotidien, la personne en question se présente dans la vidéo comme étant victime d’une tentative d’extorsion de 2,8 millions de dirhams de la part de ce qu’il appelle «les intermédiaires des tribunaux».

Ces derniers font pression sur lui en affirmant disposer du pouvoir d’influencer comme ils le veulent les jugements prononcés par les juges.

En fait, comme l’explique la publication, l’individu est poursuivi dans une affaire liée à une Amicale de logement dont le dossier est devant le tribunal de Aïn Sebaâ.




C’est ce qui l’aurait mis dans le viseur des intermédiaires qui lui auraient proposé une intervention pour s’en sortir.

Dans sa vidéo, il va encore plus loin, affirmant que les maîtres-chanteurs semblent avoir la main lourde au point d’intervenir directement dans des dossiers judiciaires, permettant à des coupables de s’en sortir ou, au contraire, faisant condamner des innocents.

Il affirme également, d’après Assabah, disposer d’enregistrements téléphoniques extraits par un huissier de justice qui prouvent certains de ces propos, où l’on apprendrait qu’une personne ayant détourné plus de 10 millions de dirhams a été acquittée grâce à l’intervention des intermédiaires, et que le fils d’un richissime homme d’affaires n’a été condamné qu’à de la prison avec sursis alors qu’il serait coupable d’un meurtre.

Toujours d’après la même source, l’individu explique dans sa vidéo que les choses ont empiré pour lui lorsqu’il a refusé dans un premier temps «l’offre» des maîtres-chanteurs qui lui promettaient l’acquittement en contrepartie de 2,8 millions de dirhams.




Son refus serait principalement motivé par le fait qu’il se considère comme innocent.

Cependant, il rapporte qu’il s’est senti contraint de réunir une importante somme d’argent, empruntée auprès de proches, pour payer les maîtres-chanteurs.

Une fois le montant transféré, ces derniers n’auraient d’ailleurs pas tardé à lui donner la preuve de leur «pouvoir», en réussissant à obtenir le retrait d’un grand nombre de plaintes qui étaient déposées à son encontre.

L’affaire ne s’arrête pas là puisque l’individu prétend qu’une fois le premier paiement effectué, les menaces n’ont fait que se renforcer, au point, dit-il, de faire actuellement l’objet d’un avis de recherche parce qu’il a refusé de se soumettre aux exigences des maîtres-chanteurs.

Ces derniers l’auraient ainsi informé qu’un des juges du tribunal de Aïn Sebaâ insiste pour toucher sa part du gâteau.

C’est pourquoi il a décidé de sortir de son silence à travers cette vidéo où il appelle, selon le quotidien, les autorités judiciaires à ouvrir une enquête.