Le Gitex arrive en Afrique, première étape au Maroc

LE GITEX ARRIVE EN AFRIQUE, PREMIÈRE ÉTAPE AU MAROC

Il s’agira de la première entreprise étrangère pour Gitex depuis sa fondation il y a 42 ans. Gitex Global, basé à Dubaï, lancera la version africaine de son événement en 2023. Après 40 ans d’existence, l’organisation a décidé d’élargir ses horizons. Marrakech a été choisie pour accueillir ce nouvel événement du 31 mai au 2 juin 2023.




Avec plus de 5 000 exposants de 170 pays différents, 800 start-ups, environ 1 000 intervenants… Gitex Global est sans aucun doute l’un des plus grands salons high-tech au monde.

KAOUN International, l’organisateur de l’événement à l’étranger du Dubai World Trade Center (DWTC), dirigera le partenariat pour cet effort commercial très attendu dans la région technologique convoitée, en lançant officiellement la campagne mondiale « Go There » pour la campagne GITEX AFRICA.

Devant une salle comble, la signature de la création de Gitex Africa Maroc a été officialisée cette semaine dans l’un des halls d’exposition.

Lors de l’annonce officielle de la foire et de la cérémonie de signature, Mohamed Drissi Melyani, directeur général de l’Agence de développement numérique, a déclaré : « Nous sommes honorés d’organiser cet événement dans un continent qui connaît une grande dynamique et une croissance économique et sociale dans de nombreux domaines ».

« Le Maroc joue un rôle crucial en aidant et en soutenant le développement de l’Afrique sous la direction de Sa Majesté le Roi Mohamed VI et en la reliant économiquement au reste du monde.




Nous sommes profondément engagés à contribuer au succès de cette première édition de GITEX AFRICA et nous travaillerons très dur pour qu’elle soit exceptionnelle pour nous tous », a-t-il déclaré.

Au confluent de l’Europe, de l’Afrique subsaharienne et du Moyen-Orient, le Maroc est bien placé pour se transformer en un centre de commerce régional en tirant parti de sa situation géographique stratégique, de sa stabilité politique et de ses infrastructures de classe mondiale.

Le Maroc est la cinquième plus grande économie d’Afrique, le deuxième plus grand investisseur africain en Afrique subsaharienne et le plus grand investisseur africain en Afrique de l’Ouest, tout en se classant également au troisième rang de tous les pays africains dans l’indice de facilité de faire des affaires de la Banque mondiale.

Les investissements étrangers au Maroc augmentent, en particulier dans les secteurs d’exportation tels que l’industrie manufacturière, grâce à des politiques macroéconomiques favorables, à la libéralisation du commerce, aux incitations à l’investissement et aux réformes structurelles.




En 2021, l’Afrique a enregistré le financement le plus élevé pour les start-ups avec 2,1 milliards de dollars pour 563 entreprises sur le continent. Le financement des start-ups dans la région a augmenté six fois plus que la moyenne mondiale.

Les analystes prévoient que le marché des technologies est en passe de passer de 115 milliards de dollars à 712 milliards de dollars d’ici 2050, tandis que la croissance du financement des start-up est six fois plus élevée que partout ailleurs. Le développement des talents africains est également à son apogée.

Les titans mondiaux de la technologie, Microsoft et Google, ont déjà établi des centres d’innovation et de talent de plusieurs milliards de dollars en Afrique, tandis que le nombre de personnes ayant accès à l’internet est passé à 522,8 millions, soit 40% de la population africaine.

Microsoft, par l’intermédiaire de son Bureau de transformation en Afrique (ATO), vise à fournir des services de cloud résilients au Kenya, au Ghana, au Nigeria, au Rwanda, en Tanzanie, en Zambie et au Zimbabwe grâce à son partenariat avec Liquid Cloud.

La relation entre Google et l’Afrique a débuté il y a une quinzaine d’années.




Soit quelque neuf ans après le lancement officiel de la société.

La société, qui vaut aujourd’hui plus de 1 000 milliards de dollars, a mis en place et soutenu certaines initiatives axées sur l’Afrique, tout en dirigeant ses activités subsahariennes depuis l’Afrique du Sud, le Nigeria et le Kenya.

Elle a lancé en 2018 un laboratoire d’IA à Accra, au Ghana, où elle conceptualise et exécute des projets d’IA sur le continent.

« L’organisation de la version africaine de ce prestigieux salon s’inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Royaume pour promouvoir le numérique et l’investissement dans le domaine technologique », a expliqué à cette occasion le responsable de la DDA.

De son côté, Trixie Lohmirmand, vice-présidente exécutive du Dubai World Trade Center, s’est dite  » ravie de la création de cette version africaine de l’événement et de ce partenariat durable avec le Royaume « , notant que  » comme Dubaï, le Maroc est un véritable hub régional et il était tout à fait logique et légitime d’établir ce partenariat avec l’ADD pour s’ouvrir davantage au continent africain « .