Sahara marocain: le rapport du chef de l’ONU atteste de la responsabilité de l’Algérie

LE RAPPORT DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES ATTESTE, UNE NOUVELLE FOIS, DE LA RESPONSABILITÉ DE L’ALGÉRIE DANS LE DOSSIER DU SAHARA MAROCAIN

Dans son dernier rapport au Conseil de sécurité, le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies, António Guterres se réfère à l’Algérie, pour la énième fois, en tant que partie à ce différend artificiel autour du Sahara marocain. L’Algérie a été citée pas moins de 20 fois dans ce rapport!




Le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a, en effet, souligné clairement que l’Algérie a un “rôle crucial dans la réalisation d’une solution politique pour la question du Sahara”.

De même, le chef de l’Organisation des Nations unies António Guterres Guterres souligne la responsabilité de tous “les concernés” y compris l’Algérie pour la relance du processus politique. Le rapport au Conseil de sécurité cite également la décision de l’Algérie de rappeler son ambassadeur à Madrid pour consultations et de suspendre le traité d’amitié, de bonne voisinage et de coopération avec l’Espagne, signé en 2002, pour la seule raison que ce pays a soutenu l’initiative d’autonomie marocaine.

Cette affirmation met fin, une fois pour toute, à la tentative de dissimulation de la partie algérienne derrière un pseudo statut d’”État observateur”, de ne pas être une partie du conflit artificiel et prouve sa responsabilité pleine et entière dans la création, le maintien et le règlement de ce différend artificiel.




Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies a, par ailleurs, pointé du doigt l’Algérie qui ne cesse de boycotter le processus des tables rondes.

C’est aussi et surtout, une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité y compris la 2602, qui établissent les tables rondes comme seul cadre pour le processus politique exclusivement onusien.

Ces mêmes résolutions citent l’Algérie à cinq reprises et consacrent son rôle de partie prenante et l’appellent à participer au processus de tables rondes.

Le Secrétaire général des Nations Unies, au même titre que le Conseil de sécurité ne laissent plus aucun doute en ce qui concerne les responsabilités et les obligations de ce pays, en tant que partie principale, au différend régional autour du Sahara marocain, dès lors, tenu de participer au processus onusien des tables rondes pour aboutir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis, dont l’incarnation même est l’initiative marocaine d’autonomie.