Monde: les tendances criminelles ne cessent d’augmenter (monde réel et virtuel)

LES TENDANCES MONDIALES DE LA CRIMINALITÉ NE CESSENT D’AUGMENTER DANS LES MONDES RÉEL ET VIRTUEL (CHEF D’INTERPOL)

Les tendances mondiales de la criminalité ne cessent d’augmenter dans les mondes aussi bien réel que virtuel, a indiqué, lundi 17 octobre à New Delhi, le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock.




Parmi les tendances les plus importantes figure l’influence croissante des groupes criminels organisés à la fois dans le monde physique avec une violence accrue associée, et dans le monde virtuel avec la cybercriminalité qui a un impact économique et social massif sur les gouvernements, les entreprises et les individus, a mis en garde le secrétaire général d’Interpol, Jürgen Stock, lors d’une conférence de presse organisée à l’occasion de la tenue de la 90ème Assemblée générale d’Interpol qui se poursuit en Inde jusqu’au 21 octobre.

Les réseaux criminels organisés gagnent des milliards de dollars, et le fait que moins de 1% des flux financiers illicites mondiaux soient interceptés et récupérés et près de 99% des avoirs volés demeurent entre les mains de criminels constitue « une source de préoccupation » pour tout le monde, a fait observer le chef d’Interpol Jürgen Stock.

Dans ce sens, Interpol a entrepris des efforts constants pour faire face à cette situation en développant notamment son mécanisme mondial d’opposition aux paiements, le mécanisme de réaction rapide contre le blanchiment d’argent, qui, au cours des 10 derniers mois seulement a aidé les pays membres à récupérer plus de 60 millions de dollars de produits du crime provenant de la cyber-escroquerie.




« Notre rapport sur les tendances mondiales de la criminalité a également mis en évidence l’augmentation massive de l’exploitation et des abus sexuels d’enfants en ligne, des chiffres qui ne font qu’augmenter », prévient le secrétaire général d’Interpol. La cybercriminalité et la maltraitance des enfants en ligne sont souvent sous-déclarées, ce qui signifie que les chiffres disponibles ne sont que la partie visible de l’iceberg, a-t-il ajouté.

« C’est la raison pour laquelle nous avons présenté un certain nombre de résolutions à cette Assemblée générale en vue d’encourager une plus grande action des pays membres pour utiliser les ressources d’Interpol dans la lutte contre ces crimes », a-t-il insisté.

Le trafic de drogue, le terrorisme, la cybercriminalité ou encore la traite des êtres humains sont autant de menaces interconnectées auxquelles le monde est confronté aujourd’hui, poursuit le secrétaire général d’Interpol.

L’une des principales raisons pour lesquelles Interpol a été créé il y a près de 100 ans et reste au centre de son travail aujourd’hui est d’aider les pays à traduire en justice les criminels en fuite, ajoute Jürgen Stock.




« Peu importe où et combien de temps ils ont essayé de se cacher. Chaque année, la Red Corner Notice d’Interpol alerte les polices du monde entier sur les fugitifs recherchés au niveau international, aidant les pays à localiser et à arrêter des milliers de meurtriers, violeurs, terroristes et autres criminels », a fait savoir le responsable d’Interpol.

Cette 90ème édition connaît la participation des 195 pays membres dont le Maroc représenté par une forte délégation conduite par Mohamed Dkhissi, Directeur central de la police judiciaire.

Organe de direction suprême d’INTERPOL, l’Assemblée générale est composée de délégués désignés par les gouvernements des 195 pays membres.

Elle se réunit une fois par an et prend les décisions importantes portant sur la politique générale, les ressources nécessaires à la coopération internationale, les méthodes de travail, les finances et les programmes d’activité.

Cette année, l’ordre du jour prévoit des exposés, des ateliers et des débats autour de plusieurs thèmes dont « l’avenir de l’action policière », « La police face à la criminalité contemporaine », et « l’usage des technologies dans la criminalité financière mondiale ».