Algérie: appel du Conseil National de la presse à une intervention de la Ligue arabe

ALGÉRIE: APPEL DU CONSEIL NATIONAL DE LA PRESSE À UNE INTERVENTION URGENTE DE LA LIGUE ARABE

À l’issue des multiples actes de marginalisation, de discrimination, d’abus et de harcèlement qu’ont subi les journalistes marocains lors de leur déplacement pour couvrir les travaux du sommet arabe, le Conseil national de la presse a décidé d’adresser une lettre dénonçant les faits au secrétaire de la Ligue Arabe ainsi qu’aux ambassadeurs des pays arabes en faisant appel à une intervention urgente.




Le premier destinataire de la lettre envoyée par le Conseil national de la presse est Ahmed Aboul Gheit, le secrétaire général de la Ligue arabe, suivie ainsi par les ambassadeurs des pays arabes présents au Maroc.

Son objet consiste en la condamnation de l’interdiction et des abus contre la délégation marocaine lors de son déplacement professionnel pour la couverture du 31ème Sommet de la ligue arabe organisé à Alger.

Celui-ci a appelé ses allocutaires à réagir et intervenir en urgence auprès des autorités concernées pour permettre aux journalistes marocains d’exercer leur métier.

Dans sa lettre, le Conseil national de la presse a déclaré que cette série de réactions de la part des autorités algériennes contredit totalement les normes et obligations diplomatiques, notamment envers la Ligue arabe, que l’État est censé respecter.




Rappelons que la délégation a fait l’objet de diverses formes de harcèlement, malgré l’exécution correcte des démarches administratives imposées par les autorités algériennes et pourtant depuis son arrivée à l’aéroport de la capitale algérienne, elle fait face à une répression systématique.

Dans le même contexte, le Conseil national de la presse a évoqué la détention de la délégation des journalistes marocains à cet aéroport pendant de longues heures, ainsi que l’expulsion de certains parmi ces derniers sans aucune justification légale.

En outre, les autorités algériennes se sont emparées des équipements de la délégation, à savoir les caméras et les ordinateurs de travail en plus du traitement médiocre et provocateur de la police algérienne et du personnel de l’aéroport.




Le Conseil national de la presse a souligné que ces pratiques répressives et intimidantes des autorités algériennes étaient devenues systématiques à l’encontre des journalistes marocains.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive, l’Algérie a déjà expulsé auparavant les journalistes marocains qui se sont rendu à Oran pour la couverture des activités des Jeux méditerranéens et ont été détenus sous prétexte qu’ils sont des espions et font partie du service des renseignements.

Il déplore que le voisin algérien n’ait pas pu respecter, en tant que membre de la Ligue arabe organisant le Sommet, les obligations envers la liberté de la presse.

Pour cela, le Conseil national de la presse fait appel d’une intervention en urgence pour recadrer la situation et permettre à la délégation de la presse marocaine d’accomplir son devoir professionnel.