Maroc: le gouvernement défend son bilan de l’année 2021-2022

MAROC: LE GOUVERNEMENT DÉFEND SON BILAN DE L’ANNÉE 2021-2022

Le gouvernement a choisi de défendre son bilan de la première année, octobre 2021-octobre 2022, à travers la publication d’un document intitulé «Le Maroc qu’on souhaite tous». S’articulant autour de six axes, le bilan évoque également la nature des relations entre les membres de la majorité, les réalisations en matière d’intégrité territoriale et les efforts entrepris pour l’intégration des Marocains du monde.




Depuis le début de la rentrée politique 2022, les membres de la coalition gouvernementale ne manquent aucune occasion pour mettre en avant le bilan de leur premier mandat à la tête du gouvernement.

Mais si jusqu’à présent la communication autour de ce bilan s’était faite de manière éparpillée et sporadique, une nouvelle approche semble avoir été adoptée par l’Exécutif.

En effet, il y a quelques jours, le gouvernement a jugé bon de communiquer au sujet de son bilan à travers un document qui reprend, de manière structurée et exhaustive, ses réalisations dans les différents secteurs.

C’est ainsi que six axes constituent l’ossature de ce travail très attendu.

Tout en inscrivant son initiative dans le cadre du principe constitutionnel de la reddition des comptes, le gouvernement a tenu à éclaircir la relation des acteurs de son bilan.

En effet, comme pour répondre à certaines allégations mettant en doute la solidité et la solidarité de la coalition gouvernementale, le document insiste en particulier sur «l’harmonie» de la majorité gouvernementale.




«Ce gouvernement a agi conformément à ses responsabilités dans un esprit de cohésion, de solidarité et de coopération entre l’ensemble de ses composantes.

Il a aussi agi conformément aux engagements contenus dans la charte de la majorité et grâce à la mise en application et à la régularité des mécanismes de concertation mis sur pied entre ses trois composantes.

L’efficacité de la coordination de ses activités a permis de rehausser le concept même de majorité.

Ce concept, qui était perçu par le passé comme étant synonyme d’hésitation, de manque de clarté et d’improvisation, est devenu sous l’actuelle majorité un signe de clarté et de vision politique commune et multidimensionnelle.

Cela permet aux différents acteurs élus d’avoir un environnement approprié d’action dans le cadre de convergence et de complémentarité des politiques publiques», précisent de prime abord les rédacteurs de ce document de plus de 140 pages.

Avant de détailler les six axes du bilan, le document met l’accent sur les acquis engrangés dans le dossier du Sahara marocain et sur les actions menées pour promouvoir les droits des Marocains du monde.




À ce titre, les rédacteurs du rapport soulignent que le Maroc a pu réaliser de nombreux acquis par rapport au dossier de l’intégrité territoriale en citant le nombre croissant des consulats ouverts dans les provinces du Sud, les victoires enregistrées par le Royaume au niveau des instances onusiennes et des autres organisations internationales.

Ils ont indiqué, s’agissant des Marocains résidant à l’étranger, les programmes mis sur pied, suite aux Hautes Instructions Royales, notamment celles visant une meilleure l’intégration des Marocains résidant à l’étranger et le suivi du programme spécial relatif à la protection sociale dédié à cette catégorie de la population.

Après avoir rappelé l’engagement de l’Exécutif à consolider les bases de l’État social, les six axes du bilan gouvernemental ont été détaillés.

Le premier axe de ce bilan concerne le renforcement de la démocratie et le parachèvement de la réforme de la justice.

Le deuxième axe se rapporte aux réalisations entreprises pour faire face aux crises et répondre aux engagements pris (contexte international de la crise, la défense du pouvoir d’achat, les programmes d’urgence pour faire face aux effets de la sècheresse et aux incendies,…).




Le troisième axe porte sur un sujet qui constitue le cheval de bataille de ce gouvernement et qui est indiqué dans le ce bilan comme étant «l’ancrage de l’État social, une Vision Royale pertinente avec une adhésion ininterrompue du gouvernement».

À cet égard, le bilan met en avant l’accès de 22 millions de Marocains aux services de la couverture médicale obligatoire, la réhabilitation du système de santé, l’accès au logement, le dialogue social, l’école citoyenne, l’égalité des chances, une université ouverte et créative, une formation professionnelle réussie, la place de la femme et de la famille, des jeunes,…

S’agissant du quatrième axe, le document évoque les réalisations en lien avec la souveraineté nationale dans des secteurs stratégiques (l’eau, l’énergie, l’alimentation et les médicaments).

En ce qui concerne le cinquième axe de ce bilan, il fait la part belle aux réalisations accomplies en matière économique et la création de postes d’emploi.

Le sixième et dernier axe est, lui, consacré aux chantiers relatifs à la gouvernance territoriale et l’administration numérique.