ONU: Omar Hilale démystifie les allégations sur les détenus de Gdim Izik

ONU: OMAR HILALE DÉMYSTIFIE LES ALLÉGATIONS AU SUJET DES DÉTENUS DE GDIM IZIK

L’ambassadeur, représentant permanent du Maroc auprès de l’ONU, Omar Hilale a dénoncé, à New York, les campagnes de désinformation fomentées par le groupe séparatiste armé le “polisario” et son parrain, l’Algérie, au sujet des détenus de Gdim Izik poursuivis pour avoir assassiné des éléments non armés de la protection civile et des forces auxiliaires et mutilé leurs corps.




Répondant à une question sur des allégations relatives aux détenus de Gdim Izik, lors de sa conférence de presse suite à l’adoption, par le Conseil de sécurité, de la résolution 2654 sur le Sahara marocain, Omar Hilale a souligné que “tous ceux qui sont payés par l’Algérie et abrités dans les hôtels algérois fomentent des campagnes de désinformation au sujet de ces prisonniers”.

“Ces détenus ont commis des actes barbares, à l’égard des forces de l’ordre marocaines. Il y a eu 11 morts et 158 blessés dont certains traînent encore des incapacités à vie”, a-t-il fait remarquer.

Il a rappelé en outre que ces prisonniers ont eu droit à un procès “équitable, transparent et clair”, en présence d’observateurs internationaux et locaux ainsi que de leurs avocats.

“Ils bénéficient des soins de santé, de télévision, de téléphone fixe et du droit d’étudier et de recevoir des visites familiales” a-t-il martelé, ajoutant qu’ils ne font pas de grève de la faim et que ces informations sont véhiculées à l’extérieur afin de faire pression sur le Maroc.




Omar Hilale a fait remarquer que ces détenus sont traités de manière “digne et respectueuse parce que cela fait partie de nos principes et de nos engagements internationaux”, notant que le Maroc “ne se départira jamais de ses valeurs humaines, universelles et humanistes”.

L’ambassadeur a, par ailleurs, demandé que la propagande de ces séparatistes “ne doit pas occulter l’essentiel au sujet de leurs crimes et des victimes qui ont perdu leur vie.

Ces dernières ont été égorgées et leurs corps déshumanisés”, indiquant que les familles des victimes font preuve d’une dignité exemplaire et “ne veulent pas la politisation de cette question. Elles veulent que la justice qui a été faite soit respectée”.

Par ailleurs et en réponse à une autre question sur le challenge lancée par l’Algérie au Maroc au sujet de la véracité du recrutement des enfants-soldats dans les camps de Tindouf, Omar Hilale a répondu que le Maroc ne se dérobe jamais du challenge de l’Algérie, en expliquant que sa réponse à ce défi est à trois niveaux.




Premièrement, l’Algérie, pays hôte des camps de Tindouf et unique soutien du groupe séparatiste armé, n’as pas remis en question l’authenticité de ces photos qui prouvent sans ambages l’embrigadement de ces enfants sur son propre territoire, a-t-il dit, arguant que l’Algérie a essayé par le passé de contester la véracité de ces photos, “mais elle a échoué”.

Dans ce cadre, l’ambassadeur a rappelé le cas de la dénommée Sultana Khaya qui se prenait en photo en treillis militaire et en Kalashnikov.

L’Algérie a tenté en vain de remettre en cause l’authenticité de cette photo, cependant, la Rapporteur spécial sur les défenseurs des droits de l’homme a vérifié et prouvé l’authenticité de cette photo et décidé en conséquence de retirer le nom de cette séparatiste de la liste des personnes à défendre, a relevé l’ambassadeur.

Omar Hilale a mis au défi le pays hôte des camps de Tindouf sur un deuxième aspect de ce scandale humanitaire et des droits de l’Homme.




Le diplomate marocain a indiqué que “si l’Algérie et le  »polisario » persistent à nier le recrutement d’enfants dans ces camps, ils n’ont qu’à inviter Virginia Gamba, la représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU pour les enfants et les conflits armés, à visiter les camps à condition qu’elle parle à ces enfants et à leurs parents en tête-à-tête et sans la présence ” des séparatistes.

Omar Hilale a lancé un troisième défi à l’Algérie en lui demandant de préciser à la Communauté internationale combien y a-t-il d’enfants et d’écoles dans les camps, soulignant que cette opération est impossible en l’absence d’un véritable enregistrement et recensement par le Haut commissariat aux réfugiés.

Ce que l’Algérie persiste à refuser depuis près d’un demi-siècle, a-t-il dit.

Et Omar Hilale de conclure que le Maroc, preuves à l’appui, ne cessera jamais de dénoncer le recrutement et l’embrigadement militaire de ces enfants dans les camps de Tindouf.