Sommet arabe d’Alger: le Maroc vole la vedette à l’Algérie

SOMMET ARABE D’ALGER: LE MAROC VOLE LA VEDETTE À L’ALGÉRIE

UN FIASCO DIPLOMATIQUE ALGÉRIEN…

L’Algérie, contre vents et marrées, a tenu à organiser le 31ème sommet de la Ligue des Etats arabes. Faisant fi du scepticisme des uns, des doutes des autres, et des reports à répétition, le régime d’Alger tenait mordicus à abriter cette réunion, et personne n’en ignore la raison. Recherche reconnaissance et légitimité désespérément…





Toutefois, ce que Alger tenait à tout prix à éviter, a fini par se produire: Le Maroc que les autorités algériennes ont tenté de tenir à l’écart, a réussi l’exploit de lui voler la vedette à domicile.

En langage de football, c’est un but qui compte double.

Il faut dire que les militaires n’ont rien épargné: accueil du chef de la diplomatie marocaine par le chef de la diplomatie mauritanienne, diffusion par la chaîne algérienne AL24 News d’une carte du monde arabe différente de celle adoptée par la Ligue des États arabes qui a démenti que cette chaîne soit un partenaire médiatique comme elle le prétendait, campagne médiatique féroce, grossièreté diplomatique à l’égard de la délégation marocaine à la réunion préparatoire au niveau des ministres, fake news de médias algériens comme quoi Nasser Bourita aurait quitté le lieu où se tenait la réunion préparatoire des ministres des affaires étrangères du Sommet arabe suite à un différend avec le chef de la diplomatie algérienne, intimidation, séquestration pendant plusieurs heures et expulsion des journalistes accrédités pour la couverture… la totale!

Mais ce que les autorités algériennes ignorent, c’est que dans leur course effrénée à vouloir faire, encore et toujours, des croche-pieds au Maroc, elles n’ont réussi qu’à polariser toute l’attention sur le Royaume, à commencer par les spéculations sur la présence ou pas du Roi Mohammed 6, et jusqu’à l’attentisme quant à la réaction des Marocains quant à ce traitement contraire aux us et coutumes diplomatiques.




Le Royaume du Maroc est donc devenu le centre d’intérêt et l’objet de toutes les attentions médiatiques.

Et finalement, le souhait d’Alger de voir ce Sommet du Président de la République algérienne Abdelmadjid Tebboune se tenir dans des conditions optimales, restera un voeu pieux.

Non seulement l’Algérie s’est donnée en spectacle devant le monde entier, ne tentant même plus de cacher ni son hostilité envers ses pairs, ni son soutien à l’Iran et encore moins le peu de cas qu’elle fait du slogan « d’unité arabe » qu’elle a pourtant longtemps ressassé, mais en plus elle se retrouve avec un projet de fiasco sur les bras, de nombreux chefs d’État arabes, et non des moindres, ayant finalement décliné l’invitation et ne feront pas le déplacement.




Si la première absence, celle du Prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salmane (MBS) a invoqué une maladie empêchant le voyage, les autres annonces d’absence n’avançaient même pas de raison.

De brefs communiqués officiels donnaient le nom de la personne qui conduira la délégation en lieu et place du chef de l’État.

Si ce n’est pas une gifle, on se demande ce que c’est!

À ce même égard, on s’interrogeait, à raison, si l’absence de Mohammed Ben Salmane n’allait pas provoquer un effet domino, et ce fut fait.

La liste des absences de haut niveau comprend, jusqu’à présent, l’Arabie Saoudite, Bahreïn, la Jordanie, le Sultanat d’Oman, le Koweït, le Liban…

Et pour sûr, ce n’est pas fini!

Finalement c’est l’arroseur arrosé…