(Vidéos) Sommet arabe: Nasser Bourita remet les pendules à l’heure face aux médias

(VIDÉOS) SOMMET ARABE: NASSER BOURITA REMET LES PENDULES À L’HEURE FACE AUX MÉDIAS

Dans des entretiens accordés à des médias en marge du sommet arabe, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a dû remettre les pendules à l’heure et expliquer la position du Maroc face à cet événement de haute importance pour le monde arabe.




Les Hautes instructions de Sa Majesté sont de faire la différence entre les relations bilatérales et celles multilatérales, soit l’action commune arabe, a noté Nasser Bourita.

Nasser Bourita a indiqué que le Maroc avoir informé le SG de la Ligue arabe que le Roi Mohammed 6 ne prendra pas part au sommet arabe qui commence aujourd’hui à Alger. « Sa Majesté le Roi a été parmi les premiers leaders à exprimer Sa disposition à assister au Sommet. Le souverain a suivi les travaux préparatoires.

Sa Majesté a donné Ses Instructions pour qu’on informe la LEA de la décision de ne pas participer à ce sommet pour des considérations liées au contexte régional et bilatéral entre autres », a déclaré Nasser Bourita.

Il a toutefois tenu à préciser que le Royaume a su gérer les quelques désaccords survenus lors de la réunion préparatoire.

Il a dans ce sens indiqué que le Maroc considère d’abord que c’est un Sommet des États arabes qui tient lieu dans un Etat arabe selon un ordre alphabétique des pays, ce n’est pas le sommet d’un pays donné qui l’organise selon son agenda.




C’est donc sur cette base que le Royaume, note le ministre, appelle à ce que les principes de base, le cahier de charges et le référentiel pour réussir un tel sommet sont ceux de la Ligue des Etats arabes.

« C’est dans ce cadre que le Souverain a donné Ses Instructions pour que le royaume participe activement à ce sommet et soit représenté par une délégation de haut niveau.

Il ne faut pas oublier que les défis pour le monde arabe sont très importants », souligne Nasser Bourita.

Revenant sur le sujet des incidents survenus la veille du Sommet, Nasser Bourita a évoqué celui relatif à la carte non officielle diffusée par une chaine publique algérienne et qui déforme la réalité en privant le Maroc d’une partie de son territoire.

Certes le secrétariat général de la ligue a clarifié les choses en réfutant ladite carte, mais le Maroc qui avait tenu à clarifier les lignes rouges et avait reçu des garanties dans ce sens est en droit de se poser des questions : pourquoi les frontières d’autres pays n’ont pas été manipulées ?




Pourquoi cet incident coïncide avec le premier jour du sommet ? Pourquoi c’est une chaine publique officielle qui a commis cet acte ?

« Nous avons estimé que la situation mérite d’être éclaircie car il ne s’agit nullement d’une faute d’un graphiste qui aurait de son propre-chef visé les frontières marocaines », s’interroge le responsable.

Nasser Bourita a également évoqué le refoulement des journalistes marocains dépêchés pour couvrir l’événement. Sur 52 personnes, ils ont autorisé l’accès à 12 seulement, note le ministre avant de s’interroger si cet incident est survenu pour une autre délégation!

Au-delà de ces événements, le chef de la diplomatie marocaine a tenu à expliquer que la participation de Sa Majesté le Roi Mohammed 6 à ce sommet tenait compte de plusieurs considérations qui n’ont pas été respectées d’où la décision de décliner l’invitation et d’en informer l’organisation.

À ce sujet, le ministre marocain des Affaires étrangères Nasser Bourita a précisé que 8 dirigeants arabes n’ont pas assisté au sommet.




À la question de savoir si ces tensions ont dépassé le cadre du pays voisin pour toucher la qualité des relations avec la Ligue arabe, Nasser Bourita a expliqué qu’au contraire, « le secrétariat de la LEA était notre seul et unique interlocuteur durant toute la phase préparatoire.

« Nous saluons les efforts et le travail du secrétariat général de la Ligue que ce soit avant ou pendant le sommet », souligne l’invité.

« Les Hautes instructions de Sa Majesté sont de faire la différence entre les relations bilatérales et les relations multilatérales, soit l’action commune arabe », réaffirme le ministre.

Et de rappeler que la main du Maroc est tendue en permanence au pays voisin, et que le Roi Mohammed 6 l’a dit textuellement : l’Algérie ne sera pas affectée par un quelconque mal venant du Maroc.

En guise de conclusion, Nasser Bourita a voulu mettre les points sur les « i » en déclarant : « Soyons clairs, le Maroc n’a pas rompu ses relations diplomatiques avec l’Algérie, les relations ont été coupées d’un seul côté, et les frontières ont également été fermées d’un seul côté. Ceci est la réalité ».