Le Maroc interdit aux ministres « pro-Sahara » d’accompagner Pedro Sanchez

LE MAROC INTERDIT AUX MINISTRES « PRO-SAHARA » D’ACCOMPAGNER PEDRO SANCHEZ

Le Maroc a demandé à l’Espagne d’exclure ses ministres qui soutiennent le groupe séparatiste armé qui se fait appeler « polisario » de la participation à la réunion de haut niveau qui devrait se tenir avant la fin de l’année.




L’exigence, relevée en septembre dernier, « était non négociable », selon des sources diplomatiques espagnoles consultées par Ok Diario.

Le Président du gouvernement d’Espagne Pedro Sánchez Pérez-Castejón a déjà fait savoir aux ministres concernés, essentiellement issus du parti Podemos, qu’ils ne sont pas les « bienvenus » au Maroc en raison de leurs soutiens au Polisario sur le Sahara, contraires à la position officielle de l’Espagne qui a reconnu en mars la marocanité du Sahara.

Il s’agit notamment de la vice-présidente et ministre du Travail, Yolanda Díaz, de la ministre de l’Égalité, Irene Montero, de la ministre des Affaires sociales et de l’Agenda 2030, Ione Belarra, et du ministre de la Consommation, Alberto Garzón.

Le Président du gouvernement espagnol Pedro Sánchez est conscient que la présence de ces ministres dans la délégation espagnole qui prendra part à cette rencontre tant attendue, pourrait compromettre le renforcement des relations avec le Maroc et entraîner de nouvelles tensions, surtout en matière d’immigration.




La vice-présidente Yolanda Díaz avait déclaré que la décision de soutenir le plan marocain d’autonomie « n’a pas été votée en Conseil des ministres, donc le gouvernement ne s’est pas prononcé ».

Alberto Garzón, lui, a qualifié le peuple sahraoui de « victime » et appelé à un référendum d’autodétermination.

Quant à Ione Belarra, elle a indiqué que « l’Espagne ne doit pas déroger au droit international ». Irene Montero a assuré que « l’Espagne doit continuer à respecter les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies ».

Mais l’absence de certains de ces ministres serait significative.

Par exemple, celui en charge du Travail qui s’occupe de la régularisation des femmes marocaines qui traversent chaque jour la frontière pour venir travailler dans les villes occupées de Sebta et Melilla.

Ou de la Consommation, vu que le Maroc est le plus gros fournisseur et aussi le plus gros client de la balance export-import de l’Espagne.