Maroc: 35 mosquées historiques seront restaurées d’ici 2026

MAROC : 35 MOSQUÉES HISTORIQUES SERONT RESTAURÉES D’ICI 2026

Les travaux de restauration de 35 mosquées historiques seront achevés d’ici 2026, dans le cadre d’un programme visant la préservation de ce patrimoine culturel et sa réhabilitation, selon les normes en vigueur en matière de sauvegarde des monuments historiques, a indiqué, à Rabat, le ministre des Habous et des Affaires islamiques.




Dans une réponse à une question orale à la Chambre des représentants, Ahmed Toufiq a précisé que son département a inclus ce programme dans le plan visant la promotion des mosquées, lancé en 2004, tout en lui consacrant une enveloppe budgétaire de 730 millions de dirhams.

Il a fait savoir que 30 mosquées font l’objet actuellement de travaux d’un coût de 130 millions de dirhams, alors que 17 autres, qui mobiliseront une enveloppe de 80 millions de dirhams, sont en phase d’études, ajoutant que le ministère a effectué un recensement préliminaire globale de 976 anciennes mosquées dans les médinas, les Ksours, les oasis et les Kasbas pour déterminer le nombre de mosquées historiques.

Le ministre a indiqué, dans le même contexte, qu’il a été procédé à la restauration et la réhabilitation de 108 mosquées historiques durant les 20 dernières années, grâce à un budget avoisinant les 653 millions de dirhams, précisant que la mosquée de Sidi Chiker, qui fait partie de ces lieux de culte, a été restaurée en 2012 pour un coût de 18 millions de dirhams.




Le ministère a également réalisé un inventaire scientifique détaillé élaboré par une équipe de spécialistes du patrimoine architectural et culturel, qui a concerné 189 mosquées classées au patrimoine historique du Royaume du Maroc, dans les villes de Fès, Meknès, Rabat et Casablanca, a enchainé le ministre, ajoutant qu’un inventaire concernant les 83 mosquées restantes est en cours de réalisation.

Parallèlement à ce travail, a poursuivi le ministre, 100 mosquées historiques ont été répertoriées en tant que monuments, en coordination avec le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication, conformément aux dispositions de la loi n°22-80 relative à la conservation des monuments historiques et des sites, des inscriptions, des objets d’art et d’antiquité.