Expulsé d’Espagne, un imam marocain porte plainte contre l’État espagnol

EXPULSÉ D’ESPAGNE, UN IMAM MAROCAIN PORTE PLAINTE CONTRE L’ÉTAT ESPAGNOL

L’Audience nationale espagnole s’est penchée mardi sur le cas de l’imam marocain Yahyia Benaouda, chef de la communauté islamique de Talayuela (Estrémadure), qui a fait appel de la décision d’expulsion prise contre lui le 26 octobre pour salafisme.




L’imam marocain Yahyia Benaouda a été représenté par son avocate, Aziza Magni à cette audience qui s’est tenue à Madrid. C’est d’ailleurs elle qui a fait appel de la décision d’expulsion auprès du ministère de l’Intérieur qui l’a prise, et auprès de l’Audience nationale. Le ministère de l’Intérieur a rejeté l’appel de l’avocate qui reste dans l’attente de la décision du tribunal. Accusé de salafisme, l’imam marocain clame son innocence. Son avocate va demander un jugement en référé pour qu’il soit rapidement fixé sur son sort. L’imam marocain Yahyia Benaoud suivra le procès depuis Oujda, au Maroc, où il vit avec son père depuis son expulsion d’Espagne.




« Je fais confiance à la justice », confie-t-il, précisant toutefois que si son expulsion est confirmée par ce tribunal, il saisira la Cour européenne des droits de l’homme. L’imam marocain Yahyia Benaouda dit avoir assez de preuves en sa possession pour prouver son innocence. Le chef de la communauté islamique de Talayuela a déjà engagé les formalités pour établir à ses cinq enfants dont quatre ont la nationalité espagnole, un passeport pour venir passer les vacances de fin d’année avec lui au Maroc, au cas où son retour en Espagne serait retardé. « Je passe toute la journée à penser à eux et à ma femme. Elle ne peut pas tout gérer », a-t-il déclaré.