(Vidéo) Maroc: vers un nouveau modèle de tarification de l’eau potable

(VIDÉO) MAROC: VERS UN NOUVEAU MODÈLE DE TARIFICATION DE L’EAU POTABLE

La libéralisation des prix de l’eau potable au Maroc est prise très au sérieux par le gouvernement qui réfléchit à une réforme du modèle tarifaire de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), conformément aux recommandations de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement.




Lors de son passage sur 2M dans l’émission «Confidences de presse», le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi, a fait savoir que le prix de vente de l’eau potable au Maroc ne couvre pas le coût total de la production.

La tarification actuelle, dit-il, n’intègre pas le coût de stockage dans les barrages.

«Alors que le coût de distribution du mètre cube de l’eau potable avoisine les 15 dirhams, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable le vend entre 2,5 et 3 dirhams pour les tranches sociales 1 et 2», a indiqué le directeur général de l’Office.

Le différentiel étant supporté par le budget de l’État. Interrogé sur une éventuelle libéralisation des prix, qui pourrait inciter les citoyens à optimiser leur consommation, dans un contexte marqué par le recul des réserves dans les barrages, Abderrahim El Hafidi affirme que le gouvernement, conformément aux recommandations de la Commission spéciale sur le nouveau modèle de développement, a initié une réflexion de fond sur la restructuration du modèle de tarification adoptée par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable.




«Quand on voit la cartographie des consommateurs d’eau potable, 85% des Marocains sont concernés par les tranches sociales 1 et 2. Les tranches élevées regroupent les consommateurs qui disposent de suffisamment de moyens pour payer le prix réel couvrant la totalité des coûts de production», a-t-il relevé.

Et d’ajouter: «C’est un grand chantier sur lequel nous travaillons actuellement. Cela dit, dans le contexte actuel, la préservation du pouvoir d’achat des citoyens est érigée comme priorité par le gouvernement».

Selon nos informations, la mise en place prochainement du Registre social unifié (RSU) pourrait inciter le gouvernement à instaurer deux formules de tarification de l’eau potable et de l‘électricité.

D’une part, maintenir la subvention pour les familles défavorisées et d’autre part, introduire des tarifs indexés qui varient en fonction de l’évolution des coûts de production.