COP 27: une initiative pour l’Afrique avec plusieurs institutions marocaines

COP 27: LANCEMENT D’UNE INITIATIVE POUR L’AFRIQUE AVEC PLUSIEURS INSTITUTIONS MAROCAINES

Une initiative sur «La transition juste en Afrique : les compétences vertes, le changement de comportement et le dialogue social», a été lancée, samedi à Charm el-Cheikh, par l’Organisation internationale des employeurs (OIE), en partenariat avec plusieurs parties, dont la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement et la Confédération générale des entreprise du Maroc (CGEM).




Lancée en marge de la COP 27, en présence notamment de Nouzha Alaoui, Secrétaire générale de la Fondation Mohammed VI pour la protection de l’Environnement et de Chakib Alj, président de la Confédération générale des entreprise du Maroc, l’initiative vise le renforcement de la conscience autour de l’importance de doter les employés de compétences adéquates et renforcer les capacités d’adaptation aux répercussions des changements climatiques, dont la perte d’emploi.

La cérémonie de lancement a également été marquée par la présence du Secrétaire général de l’Organisation internationale des employeurs, Roberto Suarez Santos, et le vice-président de l’Union égyptienne des Industries, Tarek Tawfik. Intervenant à cette occasion, Chakib Alj a rappelé que l’Afrique est le continent qui contribue le moins aux émissions de gaz mais reste le plus touché par les effets de ce phénomène.




Il a souligné que les changements climatiques entravent les efforts de développement en Afrique, en particulier en ce qui concerne la mise en œuvre des objectifs de l’Agenda 2063.

Abordant les répercussions des changements climatiques sur les principaux secteurs économiques, ainsi que sur la sécurité alimentaire, il a relevé que ces effets provoquent des niveaux plus importants de pauvreté et creusent les disparités sociales.

L’Initiative lancée a insisté sur l’importance du renforcement de la coopération et des partenariats pour garantir à l’Afrique les conditions optimales pour une transition énergétique rapide et juste, tout en tenant compte des besoins du continent, ainsi que ses conditions sociales et économiques.

L’Initiative a également insisté sur l’importance de la modernisation permanente des approches fonctionnelles par les sociétés, ainsi que la conjugaison des compétences et capacités aux besoins du marché de l’emploi.