Protection du climat: le Maroc dans le top 10 mondial

PROTECTION DU CLIMAT: LE MAROC MAINTIENT SA PLACE DANS LE TOP 10 MONDIAL

Selon le «Climate Change Performance Index (CCPI)» de 2022, sur un total de 63 pays, le Maroc monte d’une place pour se hisser au 7e rang mondial, se plaçant ainsi parmi les 10 pays les plus performants dans la lutte contre le changement climatique en 2022.




L’indice de performance sur le changement climatique (CCPI), qui évalue les efforts d’une soixantaine de pays contre le réchauffement climatique, a été publié lundi 14 novembre 2022, à l’occasion de l’organisation en Égypte de la COP27.

Le Maroc y est classé en septième position, et fait partie du groupe des meilleurs élèves en la matière.

Le «Climate Change Performance Index» est publié par l’organisation environnementale Germanwatch, de concert avec le New Climate Institute et le Climate Action Network, un groupe d’ONG.

Cet indice classe chaque année les pays en fonction des efforts qu’ils mènent contre le réchauffement climatique.

Quelque 450 experts internationaux y ont contribué. Sur un total de 63 pays, le Maroc monte d’une place pour se hisser au 7e rang mondial.




Le Maroc se place ainsi parmi les 10 pays les plus performants du Climate Change Performance Index cette année.

Le Maroc fait mieux que le Norvège (10e), le Royaume-Uni (11e), l’Allemagne (16e), l’Espagne (23e), la France (28e), ou encore l’Algérie (48e).

Comme à l’accoutumée, les trois premières places du Climate Change Performance Index ont été laissées vacantes, aucun pays ne menant une politique climatique jugée suffisamment ambitieuse eu égard à l’objectif de contenir le réchauffement à +1,5°C, selon les auteurs du comparatif.

Le classement prend en compte quatre grands critères: la politique climatique, les émissions de gaz à effet de serre, la consommation d’énergie et les mesures en faveur des énergies renouvelables.

Pour les trois premières catégories, le Maroc s’est vu attribuer de très bonnes notes.




«Si le Maroc maintient sa tendance positive dans les énergies renouvelables, il devrait également s’améliorer dans les deux autres indicateurs. Malgré cette évolution positive, les experts du Climate Change Performance Index notent que le Maroc manque de volonté pour décentraliser les énergies renouvelables et encourager les citoyens à produire leur propre énergie renouvelable», indiquent les auteurs du rapport accompagnant la nouvelle édition du Climate Change Performance Index.

Les experts du Climate Change Performance Index saluent les développements positifs que le pays a réalisés au cours des dernières années, ce qui ne les empêche pas de critiquer les lois actuelles, «pour leur manque de force d’application et le manque d’adhésion du secteur industriel à celles-ci».