67ème anniversaire de l’indépendance du Maroc

LE MAROC CÉLÈBRE CE VENDREDI 18 NOVEMBRE LE 67ÈME ANNIVERSAIRE DE SON INDÉPENDANCE

Le Royaume du Maroc célèbre ce vendredi 18 novembre le 67ème anniversaire de son indépendance. C’est l’occasion pour les médias de revenir sur le bilan de la dynamique de construction à l’œuvre mais aussi des acquis réalisés dans la défense de l’unité territoriale.




Dans son édition du vendredi 18 novembre, le quotidien arabophone Assabah a consacré un «spécial» au 67ème anniversaire de l’indépendance du Royaume du Maroc, en revenant sur les plus importants acquis et réalisations durant les 7 dernières décennies.

À travers le résumé d’une interview que lui a accordée l’historien et chercheur Said Lehssaini, le quotidien considère que le recouvrement de l’indépendance par le Maroc a constitué une étape cruciale dans les combats menées de pair par les Marocains et l’institution monarchique durant plusieurs siècles, car elle constitue un retour à la légitimité politique et religieuse, malgré l’intermède du protectorat qui a échoué à ébranler les constances du Royaume du Maroc.

L’indépendance a donc inauguré l’étape que le défunt roi Mohammed V avait qualifiée de «Grand jihad», marquée, dès mars 1956, par le début de la restitution au Maroc de ses territoires, au nord et au sud, qui étaient sous colonisation espagnole.




Une étape parachevée, en 1975 puis en 1979, par la récupération du Sahara marocain.

Selon l’interlocuteur d’Assabah, l’étape postindépendance a permis au Maroc de réaliser deux grands acquis.

D’une part, on a assisté à l’émergence rapide d’un Etat plus structuré, dont le mérite revient au roi bâtisseur, feu Hassan II.

Cette dynamique de construction s’est poursuivie sous le règne du roi Mohammed VI, qui a initié des réformes tous azimuts ayant renforcé l’État de droit et des institutions, dans le sillage d’un nouveau système politique de plus en plus démocratique et moderne.

Pour l’auteur de «La politique religieuse du protectorat français au Maroc», la dynamique de développement initiée par Hassan II a été continuée par Mohammed VI, le modernisateur du Maroc.

D’autre part, Assabah ajoute que la célébration du 67ème anniversaire de l’indépendance revêt cette année un goût très particulier.




Et ceci surtout au niveau du raffermissement de l’intégrité territoriale du Royaume du Maroc.

Le quotidien rappelle en ce sens le soutien international de plus en plus grandissant au plan marocain d’autonomie au Sahara, proposé en 2007, et que de nombreux pays considèrent désormais comme la seule base de toute solution au conflit créé autour du Sahara par l’Algérie.

De même, l’ouverture croissante de consulats par des dizaine de pays dans les plus grandes villes du Sahara marocain est un important acquis dans le soutien international à la marocanité du Sahara.

Cela sans parler des positions du Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies dont les dernières résolutions, et particulièrement la résolution 2602 (octobre 2021) et la résolution 2654 (octobre 2022), confortent la position du Maroc face aux séparatistes du Polisario et leur parrain algérien.