Le Maroc n’a pas vécu une telle sécheresse depuis 40 ans

LE ROYAUME DU MAROC N’A PAS VÉCU UNE TELLE SÉCHERESSE DEPUIS 40 ANS

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) a tiré la sonnette d’alarme sur les changements climatiques qui s’opèrent dans le monde en général et au Maroc en particulier, soulignant dans un rapport que le Maroc a connu cette année une sécheresse sans précédent, et ce, depuis 4 décennies.




Selon le rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) affiliée aux Nations Unies sur les « changements climatiques en 2022« , l’année écoulée, et jusqu’en août 2022, a été l’une des plus sèches au Maroc, du moins depuis 40 ans.

Dans ce contexte, Nadia Ahmaiti, une militante dans le domaine de l’environnement, a en effet affirmé que la situation actuelle est sans précédent.

« Tout le monde ressent la situation actuelle et la sécheresse que nous vivons. La plupart des moins de 40 ans n’ont jamais connu une telle situation, tandis que les plus âgés se souviennent peut-être de la sécheresse que le pays a connue dans les années 80 », a-t-elle fait remarquer dans une déclaration.

La militante a ajouté que la situation exige que les responsables prennent « des mesures proactives pour gérer les ressources dont nous disposons et répondre de toute urgence à la pénurie d’eau ».




Elle appelle à la nécessité de « rationaliser les ressources avec une bonne gouvernance et de concevoir des solutions durables ».

Ainsi, Nadia Ahmaiti a relevé les mesures actuellement prises pour faire face à la sécheresse, comme le dessalement de l’eau de mer ou le traitement de l’eau ordinaire pour l’utiliser dans l’irrigation, avant de s’interroger sur ses solutions et leur impact sur la conservation de l’eau jusqu’à l’horizon 2030 ou 2050.

À cet égard, l’activiste écologiste a appelé à la nécessité « d’exploiter les conditions difficiles pour changer les comportements qui détruisent l’environnement », notant que « le citoyen doit préserver les ressources pour sa part, et le fonctionnaire doit avoir une conscience environnementale en mettant en oeuvre les programmes gouvernementaux ».




Le rapport sur l’état du climat mondial est publié sur une base annuelle.

Cette année, il a soulevé l’impact de la sécheresse sur de nombreuses régions du monde, à commencer par l’Europe et la Méditerranée, indiquant que les conditions en Europe étaient à leur niveau le plus grave en août 2022, lorsque les fleuves, dont le Rhin, la Loire et le Danube, ont baissé à un niveau record.

En 2021, le rapport indiquait que les concentrations des trois principaux gaz à effet de serre (dioxyde de carbone, méthane et protoxyde d’azote) avaient atteint des niveaux record, soulignant que l’augmentation annuelle de la concentration de méthane connaissait son plus haut niveau, « ce qui est particulièrement important, étant donné que le méthane est 25 fois plus puissant que le dioxyde de carbone pour piéger la chaleur dans l’atmosphère », souligne-t-on.