Ce qu’a dit Walid Regragui en conférence de presse avant le match Belgique-Maroc

CE QU’A DIT WALID REGRAGUI EN CONFÉRENCE DE PRESSE AVANT LE MATCH BELGIQUE-MAROC

Son plan de jeu, ses ambitions, les lacunes qu’il a détectées, sa vision sur les Diables Rouges… Walid Regragui, sélectionneur national, était en conférence de presse avant le brûlant Belgique-Maroc.




Walid Regragui, sélectionneur national, s’est exprimé en conférence de presse, ce samedi 26 novembre, à la veille du match contre la Belgique, qui compte pour la 2ème journée de la phase de groupes de la Coupe du Monde (poule F).

«En tant que staff, nous voulons un peu changer les mentalités africaines. Avant, en tant qu’Africains, nous faisions des matchs spectaculaires en Coupe du Monde, mais on se faisait éliminer dès le premier match. Aujourd’hui, je pense que la Tunisie, nous et même le Sénégal hier, avons prouvé que tu peux perdre le premier match mais rester en course», analyse d’abord le technicien.

«L’objectif est de passer au second tour. Je sais que certains m’en voudront parce qu’ils veulent du spectacle. Mais, c’est l’Arabie saoudite qui a trois points et non l’Argentine.

On a envie de se qualifier, peu importe la manière. Le plus important, c’est de rendre fier notre pays. Déjà, on a fait mieux qu’en 2018 en arrachant un point.




On va essayer de prendre le plus de points possibles pour se qualifier», a ajouté le sélectionneur national.

«Demain, on va être solides, on va essayer de poser des problèmes et de rendre fière l’Afrique, puisqu’on la représente. Le plus important aujourd’hui, c’est que l’Afrique passe les poules. On doit prouver qu’on est capables de passer. Ça passe par un état d’esprit européen. Si on passe les poules, je pense qu’on sera très dangereux», affirme le sélectionneur national.

Walid Regargui estime même qu’une victoire n’est pas nécessaire aux Lions: «on est obligés de gagner? Ce n’est pas vrai. On peut faire match nul et la Croatie fait match nul ou la Croatie perd. Le plus important, c’est de prendre les points et de ne pas se faire éliminer. La Coupe du Monde, c’est le top niveau, tout le monde se vaut. Il faut qu’on soit cohérents et qu’on reste sur nos principes de jeu. Il faut sortir de ce groupe de la mort». ​




«Noussair Mazraoui tout comme Achraf Hakimi et le capitaine Romain Saïss, ont des petites douleurs, mais il faut passer outre, c’est la Coupe du monde», a ajouté le technicien, assurant que les remplaçants ont sa confiance totale et que chaque joueur fera l’affaire.

Il revient ensuite le match de demain: «aujourd’hui, le favori, c’est la Belgique. Ils ont un entraîneur fantastique, des joueurs de top niveau mondial, ils ont l’expérience… il faut l’accepter. Mais nous voulons créer la surprise. Ce sera un match très difficile pour les deux équipes».

«Pour passer un cap, nous devons avoir plus de maîtrise technique par rapport au premier match. Sur le plan tactique, nous avons été très forts, mais nous avons péché sur l’intensité, on a perdu beaucoup de ballons dans le milieu de terrain. On aura plus de qualités avec les matchs parce que nos joueurs en manque de temps de jeu seront plus frais, avec le temps», a conclut l’ancien entraîneur du Wydad de Casablanca.