Le Maroc négocie l’achat d’armements en Chine

LE MAROC NÉGOCIE L’ACHAT D’ARMEMENTS EN CHINE

LE MAROC NÉGOCIE AVEC LA SOCIÉTÉ DE DÉFENSE CHINOISE AEROSPACE SCIENCE AND INDUSTRY CORPORATION (CASIC), L’ACHAT D’ARMEMENTS SOPHISTIQUÉS.




En effet, les Forces Armées Royales (FAR) sont intéressées par les missiles et bombes à guidage de précision de fabrication chinoise (des armes à longue portée) ainsi que des drones Wing Loong 1 et Wing Loong 2 des engins à ailes “vagabondes“, communément appelées drones suicides.

Tactical Report qui est à l’origine de cette information, indique que le Maroc est un client régulier des équipements de défense chinois.

En fait, le Royaume l’année dernière, avait ouvert sa première base militaire consacrée à la défense aérienne à longue portée avec l’acquisition d’un lot du système chinois de défense aérienne à longue portée (FD-2000B) qui causent des dommages importants.

Toutefois, le géant asiatique n’est pas la seule puissance avec laquelle le Maroc a passé des accords militaires et de défense.

Rabat a effectivement acquis des systèmes modernes auprès de pays tels que les États-Unis, la France, la Turquie et Israël.

De ce dernier, elle a acquis en 2021 Skylock Dome System, un équipement de surveillance et de contrôle. Le Maroc et Israël ont également fait des progrès dans la coopération en matière de renseignement militaire.

Mais 2021 a été une année charnière quant à la liste des achats des Forces Armées Royales qui comprenait 1 000 lanceurs et missiles antichars, des chars de combat T-72M et des munitions pour ses tout nouveaux drones turcs Bayraktar TB2, selon le Registre des armes classiques des Nations unies.




Ces acquisitions s’inscrivent dans les efforts que Rabat déploie pour la modernisation de ses armées, terrestre, maritime et aérienne.

Cela entre dans le contexte géostratégique et politique dans cette partie du globe dans le seul souci de la défense de l’intégrité territoriale du pays et au renforcement de sa résilience face aux menaces transnationales qui dans la région sont nombreuses.

D’ailleurs à cette égard, le Maroc a augmenté ses dépenses militaires, acquérant des équipements de plus en plus sophistiqués et a multiplié les exercices militaires avec des partenaires tels que les États-Unis, la France, l’Inde, l’Espagne,…

Le Maroc qui figure comme le pays africain le plus sûr, sixième dans la région MENA et parmi les 30 nations du monde en tant que tel, a augmenté ses dépenses militaires de 3,3% du PIB dans la décennie 2002-2011 à 3,4% du PIB pour la suivante.

Elles ont été effectuées intelligemment car au regard du classement international en termes de puissance militaire du Maroc, l’Institut « Global Firepower », le positionne au 56ème rang à l’échelle mondiale sur 142 pays.




À fin 2021, le Maroc figurait sur la liste des 40 pays les plus grands importateurs d’équipements militaires dans le monde, selon un classement de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI).

Les États-Unis viennent dans cette affaire en première position en tant que principal fournisseur d’armes du Royaume, 90% de l’armement des Forces Armées Royales proviennent de chez l’Oncle Sam.

La France occupe la second place avec 9,2% d’armes totales exportées vers Rabat, tandis que le Royaume-Uni en importe 0,3%, laissant des miettes à l’Espagne, l’Allemagne, la Turquie ou la Belgique qui ne le fournissent qu’en munitions ou armes légères.

Il n’est pas encore dit le classement d’Israël dans l’affaire qui n’a jamais donné d’informations sur le sujet mais l’Etat hébreu devrait venir bousculer le podium quant à cela.

L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm note également que les livraisons militaires américaines au Maroc en 2020 comprenaient 24 avions de combat et 24 hélicoptères de combat.

Mais depuis bien du lourd est venu renforcer les différents systèmes de Défense des Forces Armées Royales.