Le ministre des Affaires étrangères russe en visite en janvier au Maroc

LE MINISTRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES RUSSE SERGUEÏ LAVROV EN VISITE EN JANVIER AU MAROC

Le représentant spécial du président russe pour le Moyen-Orient et l’Afrique et vice-ministre russe des Affaires étrangères, Mikhail Bogdanov, a annoncé que le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a prévu deux voyages en Afrique en janvier et février prochains, dans huit pays en plus du Royaume.




« Ni la pandémie ni la campagne anti-russe occidentale n’ont pu empêcher le développement ultérieur des liens multiformes russo-africains » a indiqué le représentant spécial du président russe pour le Moyen-Orient et l’Afrique repris par l’Agence TASS.

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères a en outre indiqué que les discussions porteront sur les « aspects pratiques de la coopération avec les pays africains dans les nouvelles conditions », sans en dire plus.

Mikhail Bogdanov a indiqué qu’au cours de sa tournée, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, aura également « des contacts bilatéraux avec les ministres des Affaires étrangères des pays arabes, y compris, bien sûr, les pays arabes d’Afrique du Nord ».

Il a également déclaré que la Russie cherchait à organiser un sommet bilatéral russo-africain et que « tous les contacts de Moscou à cet égard se concentrent sur la préparation de ce sommet aussi efficacement que possible ».




Cela étant, il devient de plus en plus clair que la Russie cherche à réchauffer ses relations avec Rabat, en froid depuis le conflit en Ukraine.

Le ministre russe des Affaires étrangères, se rend au Royaume du Maroc pour discuter des relations bilatérales futures et de la situation de crise dans la région du Sahel africain, sans négliger la question du Sahara marocain et la guerre russo-ukrainienne.

Rabat tentera de faire changer de position Moscou sur la question du Sahara ou tout au moins l’atténuer à l’occasion de la venue de Lavrov à Rabat, car la Fédération de Russie est membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Mais jusqu’à présent Moscou reste ferme. Aussi on tentera de faire passer le message qu’il n’y a pas d’autre alternative que le règlement politique du conflit du Sahara, sur la base des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et du plan d’autonomie marocain.




D’un autre côté, la diplomatie marocaine a choisi de refuser de résoudre les différends par la violence sur le sujet de la guerre entre la Russie et l’Ukraine.

Le Royaume du Maroc et les deux parties en conflit entretiennent des relations économiques importantes, notamment dans les domaines de l’importation et de l’exportation de matières agricoles, ce qui fait de l’équilibre des intérêts, un facteur décisif dans toute prise de position publique sur la guerre en cours.

Le Royaume du Maroc a fait savoir qu’il défend l’intégrité territoriale de tous les pays des Nations Unies.

Il a implicitement rejeté les républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk et reste sur une solution pacifique au conflit.