Football : la stratégie de la FRMF pour attirer les binationaux

FOOTBALL : LA STRATÉGIE DE LA FÉDÉRATION MAROCAINE DE FOOTBALL POUR ATTIRER LES BINATIONAUX

La sélection marocaine de football est composée de plusieurs joueurs binationaux qui ont opté pour le Maroc au détriment de la Belgique, de l’Espagne, des Pays-Bas, de l’Italie et bien d’autres. Derrière ces choix parfois difficiles, se trouve un véritable lobbying mené par la Fédération marocaine de football (FRMF).




La Fédération marocaine de football ne lésine pas sur les moyens lorsqu’il s’agit de convaincre les binationaux à choisir le Royaume du Maroc comme nationalité sportive. Les cas les plus récents sont El Haddadi, Ezzalzouli, El Khannouss, Zaroury ou bien encore les frères Mmae. Certains leur ont quand même échappé, poussant les autorités à mettre en place une stratégie de choc comme des infrastructures ultra-modernes, les hôtels luxueux, la détection très précoce des talents. Depuis quelques années, les familles sont également mises à contribution pour faciliter les choses, rapporte la Dernière heure.




Tout est fait « pour impressionner et mettre à l’aise d’emblée. Les installations sont dignes d’un dix étoiles, c’est beaucoup plus moderne qu’à Tubize. Il y a des piscines, des terrains multisports, des hôtels de luxe, ils ont mis les moyens et jouent là-dessus, c’est impressionnant. À côté de ça, il y a des programmes de formation très performants », souligne Noureddine Moukrim, ancien international marocain, qui, entre 2010 et 2019, a permis au Maroc de recruter en Belgique des talents. Selon l’entraîneur U23 de l’Union Saint-Gilloise, les autorités en charge du football ont une grande force de persuasion.




Elles envoient partout en Europe des recruteurs à la recherche de jeunes pépites.« Les joueurs sont approchés très tôt dans le but de les attirer du côté marocain. On ne force jamais les choses, c’est une discussion honnête avec le joueur et l’entourage », précise-t-il. Mais pour Abdellatif Khlale qui a été pendant plus de dix ans, un « détecteur de talents » pour la Fédération marocaine de football, « les méthodes envers les joueurs sont de plus en plus agressives. Il y a beaucoup de promesses en jeu, de l’argent et des escrocs qui tournent autour, c’est aussi pour ça que j’ai arrêté. Certains promettent des logements sur place aux familles, des stages, la possibilité de toucher de l’argent, tout ça est devenu malsain », regrette-t-il.