La nouvelle gare routière de Rabat ne plait pas à tout le monde

LA NOUVELLE GARE ROUTIÈRE DE RABAT NE PLAIT PAS À TOUT LE MONDE

Les professionnels du secteur du transport de voyageurs refusent d’utiliser la nouvelle gare routière de Rabat, située au sud de la capitale. Les mesures strictes prises après l’inauguration officielle de la nouvelle gare routière de la capitale n’auraient pas été du goût des professionnels du secteur du transport.




C’est du moins ce qui ressort de «leur colère et refus d’utiliser la nouvelle gare routière, opérationnelle depuis le 1er décembre».

En fait, rapporte le quotidien Al Akhbar dans son édition du week-end des 3 et 4 décembre, «toute une batterie de mesures a été mise en place pour accompagner l’ouverture de la nouvelle gare routière».

Désormais, «les professionnels du transport routier de voyageurs doivent respecter l’itinéraire indiqué, en empruntant la route réservée à l’accès de la gare routière, située au sud de Rabat, à proximité du complexe sportif Moulay Abdellah».

De même, il leur est strictement interdit «de faire monter ou descendre des voyageurs ou des marchandises, charger ou décharger des colis, en dehors de l’espace de la nouvelle gare routière».

Les mêmes consignes s’appliquent pour «la billetterie, les colis et les correspondances qui seront délivrés aux guichets de la gare routière».




À propos de cette nouvelle règlementation, des sources à l’Organisation démocratique du travail (ODT) ont indiqué au quotidien que «les mesures strictes prises par les autorités compétentes étouffent les professionnels du transport routier de voyageurs, les chauffeurs et toutes les autres activités qui s’exercent dans les environs de cet espace».

En plus de ces mesures, poursuit le quotidien, les professionnels du secteur ont interpellé les autorités compétentes au sujet de «l’absence de passages pour piétons, à l’entrée sud de l’autoroute Rabat-Casablanca et à proximité du complexe sportif Moulay Abdellah, ce qui constitue un danger pour ces piétons».

Dans leur demande adressée aux autorités de tutelle, les associations de professionnels ont également soulevé «l’absence de parking de petits et grands taxis sur les lieux».