Addis-Abeba: 36ème Sommet ordinaire de l’Union africaine

LE 36ÈME SOMMET ORDINAIRE DE L’UNION AFRICAINE ENTAME SES TRAVAUX À ADDIS-ABEBA AVEC LA PARTICIPATION DU MAROC

Les Chefs d’État et de gouvernement des pays membres de l’Union africaine (UA) ont entamé, samedi à Addis-Abeba, les travaux de la 36ème session ordinaire du Sommet de l’organisation panafricaine avec la participation du Maroc.

Le Chef du gouvernement marocain, Aziz Akhannouch, représente Sa Majesté le Roi Mohammed 6 à ce 36ème Sommet des Chefs d’État et de gouvernement de l’Union africaine.




La délégation marocaine prenant part à ce Sommet est composée notamment du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, l’Ambassadeur Représentant permanent du Royaume du Maroc auprès de l’Union africaine et la CEA-ONU, Mohamed Arrouchi et l’Ambassadeur Directeur Général de l’Agence Marocaine de Coopération Internationale (AMCI), Mohamed Methqal.

Placé sous le thème « Accélération de la mise en œuvre de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF*)», le 36ème Sommet de l’Union devra se pencher, entre autres, sur la réforme institutionnelle de l’Union, l’état de la paix et de la sécurité dans le continent, l’octroi d’un siège à l’Union africaine au sein du G20*, la crise alimentaire mondiale, la réponse de l’Union africaine à la pandémie de la Covid-19, l’évaluation du premier plan décennal de la mise en oeuvre de l’Agenda 2063*, les questions relatives à la Zone de libre-échange continentale (ZLECAF) et au changement climatique.

*ZLECAF : la zone de libre-échange continentale africaine est un projet de zone de libre-échange en cours de création sur l’ensemble du continent africain.

*G20 : le Groupe des 20 est un groupe qui rassemble les principales économies mondiales. Le G20 représente tous les continents habités, 80% du PIB mondial, 75% du commerce international et 60% de la population mondiale.

*Agenda 2063 : l’Agenda 2063 se définit comme un plan d’action destiné à faire de l’Afrique, tout au long des cinquante prochaines années, un continent uni, prospère et pacifique. C’est un cadre stratégique pour la transformation socio-économique du continent africain.