L’avocate de Ridouan Taghi placée en détention

MOCRO MAFFIA : AVOCATE DE RIDOUAN TAGHI, INEZ WESKI PLACÉE EN DÉTENTION

Le tribunal de Rotterdam a ordonné la détention provisoire de l’avocate Inez Weski, soupçonnée d’avoir des liens avec la Morco Maffia, la mafia marocaine aux Pays-Bas, via son client Ridouan Taghi, ainsi qu’avec la Camorra, la mafia italienne, à travers Raffaele Imperiale, arrêté à Dubaï en 2021.

Ridouan Taghi, un baron de la drogue néerlando-marocain, avait été extradé de Dubaï en 2019 suite à l’arrestation de Raffaele Imperiale.

Depuis lors, selon les enquêtes policières ayant permis de décrypter des millions de messages en 2021, Inez Weski aurait agi comme intermédiaire entre Ridouan Taghi et le monde extérieur.

Malgré sa négation de tout lien avec les deux organisations criminelles, l’avocate Inez Weski aurait pris l’initiative de se dessaisir du dossier de son client Ridouan Taghi après avoir été présentée devant le juge.

Cette comparution intervient quelques jours jours après l’arrestation d’Inez Weski, ainsi que la perquisition de son domicile et la perquisition de son cabinet, vendredi dernier.




Bien que les messages utilisés comme preuves par les enquêteurs ne mentionnent pas explicitement son nom, plusieurs indices permettent de l’identifier comme la personne chargée notamment d’imprimer les contenus d’une clé USB à transmettre entre la mafia marocaine « Mocro Maffia » et la mafia italienne « Camorra ».

D’après les enquêteurs, des échanges auraient eu lieu en 2020 entre le fils de Ridouan Taghi et Raffaele Imperiale, impliquant une clé USB.

Des messages décryptés évoqueraient également les mêmes indications, rapportées par Youssef Taghi, cousin de Ridouan, qui a été condamné en 2022.

Par conséquent, l’avocate Inez Weski est soupçonnée d’être impliquée dans une organisation criminelle opérant dans le trafic international de drogue et de blanchiment d’argent.

Elle aurait permis à son client de continuer à diriger son réseau depuis la prison de haute sécurité où il est détenu en servant d’intermédiaire.

Les juges estiment également qu’elle a transmis des messages de l’organisation criminelle de et vers son client détenu.

En conséquence de la décision du tribunal, Inez Weski devra rester en détention provisoire pendant au moins deux semaines.