Coronavirus: le Maroc va-t-il déclarer l’état d’urgence ?

La crise de la pandémie du coronavirus impose aux Etats des mesures exceptionnelles, rarement prises en temps de paix.




La maladie, qui touche désormais près de 200.000 personnes et en a tué plus de 7000 à travers le monde, pourrait pousser le Maroc à aller plus loin dans son dispositif de protection.

Annulation des événements, fermeture des cafés, mosquées, hammams… Le Maroc a pour le moins pris des mesures drastiques pour contrer la propagation du coronavirus qui enregistre, à l’heure où nous écrivons ces lignes, 38 cas, dont deux décès.

Et face à l’explosion de la pandémie dans des pays avec lesquels il entretient des échanges réguliers (Espagne, France et Italie), le royaume pourrait activer le levier constitutionnel. C’est ce que rapportent les sources du journal Assabah, dans son édition du 17 mars.




Selon le média, tous les indicateurs sont présents pour que l’article 74 du texte soit mis en application, d’autant que plusieurs pays ont également décrété l’état d’urgence.

Une disposition qui ne peut se faire que par dahir, contresignée par le chef de gouvernement, pour une durée de 30 jours, durée qui ne peut être prolongée que par la loi.

L’état de siège, contrairement à l’état d’exception, ne diminue pas les prérogatives du gouvernement, rappelle Assabah.




La disposition permet simplement au gouvernement de prendre des mesures temporaires, qui permettront à l’Etat d’agir afin de protéger l’ordre public en cas de circonstances exceptionnelles.

Ces prérogatives exceptionnelles sont néanmoins octroyées au gouvernement avec, notamment, un transfert des compétences des autorités civiles aux autorités militaires, une suspension de l’effet des lois ordinaires et une limitation des libertés individuelles.




À lire aussi:







Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *