Des écoles privées violent l'état d'urgence sanitaire

Certaines écoles privées ont rouvert leurs portes en violation de l’état d’urgence sanitaire pour percevoir les frais de scolarité. Ils ont demandé aux parents d’élèves de s’y rendre pour s’acquitter de leur dû.




Les établissements de l’enseignement privé ont commencé à percevoir les frais de scolarité du mois de mars via des virements bancaires ou par paiement direct sur place. En effet, plusieurs écoles ont rouvert leurs portes dans ce but, en violation de l’état d’urgence sanitaire. Les parents d’élèves ont été invités par téléphone à se rendre à l’école afin de s’acquitter des frais de scolarité ou à payer par virement bancaire.
Dans ce cas, ils devront transmettre à l’école une copie de l’ordre de virement via WhatsApp tout en conservant l’original pour le présenter dès la reprise des cours. Par ailleurs, le ministre de l’Education nationale, Saïd Amzazi, a dans une déclaration à la presse loué le succès de l’opération d’enseignement à distance qui, a-t-il ajouté, a été accueillie avec satisfaction par les familles après la réalisation de 75 % du programme scolaire.




Il faut rappeler que plusieurs acteurs éducatifs avaient mis en doute l’efficacité de ce système d’enseignement qui, selon eux, a été marqué par l’improvisation et la violation du principe de l’égalité des chances. Certains syndicats ont accueilli ces chiffres avec beaucoup de réserve, allant jusqu’à évoquer un gonflement. Mais le ministre n’en a eu cure, annonçant que son département allait commencer à préparer les examens programmés pour juin.
Le quotidien Al Massae rapporte, dans son édition du samedi 4 avril, que le MEN a indiqué que le portail TelmidTICE, créé pour dispenser l’enseignement à distance, est visité quotidiennement par près de 600.000 utilisateurs. Selon la même source, près de 400.000 classes virtuelles ont été créées dans les établissements publics dispensant des cours allant de la première année primaire à la deuxième année du baccalauréat avec un taux de couverture de 52%.




Quant aux établissements privés, ils ont organisé près de 30.000 classes virtuelles avec un taux de couverture de 15%. La formation des enseignants se fait également à distance, poursuit le MEN, en indiquant que le nombre des bénéficiaires a atteint 23.000 au 1er avril. Dans l’enseignement supérieur, ajoute la même source, les facultés disposent de portails électroniques qui permettent aux professeurs chercheurs de mettre les cours à la disposition des étudiants.
Le communiqué du MEN répond indirectement aux critiques de certains syndicats en soulignant que dans le but de garantir l’égalité des chances et de réduire les inégalités entre les familles qui disposent de l’Internet et celles qui n’en ont pas, le ministère a commencé à diffuser des cours télévisés à travers les chaines «Athaqafia», «Tamazight» et «LaayouneTV». Le ministère invite les parents à s’investir dans cette opération d’enseignement à distance selon un programme précis qui laisse à leurs enfants le temps de se distraire.




À lire aussi:

Quand les écoles privées menacent les parents d’élèves…





Les élèves des lycées français au Maroc passeront le bac en continu





Des cours d’arabe gratuits pour les MRE





4.835 personnes poursuivies en justice pour violation de l’état d’urgence sanitaire





(Photos) État d’urgence sanitaire covid-19: le Maroc pourrait décréter un confinement total