(France) Des policiers filmés en train de proférer des insultes racistes à l’encontre d’un Égyptien

(France) Des policiers filmés en train de proférer des insultes racistes à l’encontre d’un Égyptien




Des policiers filmés en train de proférer des insultes racistes à l’encontre d’un Égyptien lors d’une interpellation, dans la nuit de samedi à dimanche 26 avril, dans la Seine, à l’Ile-Saint-Denis, seront suspendus. Ainsi en décidé le préfet de police de Paris.




« Avec l’accord du ministre de l’Intérieur, le préfet de police Didier Lallement a demandé au directeur général de la police nationale la suspension des deux policiers mis en cause dans la tenue de propos racistes », a déclaré la préfecture à l’AFP.

Une source policière affirme que ces deux agents reconnaissent être les auteurs des propos incriminés tenus à l’encontre d’un suspect lors d’une interpellation. Ils sont d’ailleurs visés par deux enquêtes, judiciaire et administrative, confiées à l’Inspection générale de la police nationale (IGPN). Les faits se sont déroulés dimanche, vers 1 heure du matin.




Des policiers ont procédé à l’arrestation à l’Ile-Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) d’un homme soupçonné d’avoir volé du matériel sur un chantier de la commune voisine d’Asnières-sur-Seine (Hauts-de-Seine), avec deux complices. Dans sa fuite, l’homme s’était jeté dans la Seine, mais sera finalement arrêté.

Sur son compte Twitter, Taha Bouhafs, journaliste du site Là-bas si j’y suis a publié la vidéo d’une scène qui s’est déroulée après l’interpellation du suspect. « Un bicot comme ça, ça nage pas. (…) Ha ha, ça coule, tu aurais dû lui accrocher un boulet au pied », peut-on entendre. Pour le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, c’est une « indignation légitime ».




Il promet de faire « toute la lumière » sur cette affaire. « Le racisme n’a pas sa place dans la police républicaine », a-t-il martelé dans un tweet. Le parquet de Nanterre précisera par ailleurs que l’homme arrêté « s’est déclaré né en 1993 et [est] de nationalité égyptienne ».

Après son admission dans un hôpital à la suite de sa chute dans la Seine, le suspect a été placé en garde à vue pour vol par effraction et en réunion. Le matériel volé ayant été restitué et l’homme étant frappé d’une obligation de quitter le territoire, l’enquête a été classée sans suite, a précisé le parquet.









À lire aussi: