Confiné en France, un Français attend de rentrer au Maroc

Alors qu’il avait quitté le Maroc pour rallier Sedan, sa ville natale, Denis Ray, 70 ans, l’époux de Zhor, une Marocaine, se retrouve bloqué sur le parking du centre commercial Leclerc de Sedan, près de Bouillon, depuis le 16 mars, veille du confinement. Et pour cause, son camion aménagé est tombé en panne.




L’ancien routier a l’habitude de se rendre dans sa ville natale chaque année. Mais il est confronté à de sérieuses difficultés cette année.

« J’habite au Maroc depuis ma retraite en 2011. Je rentre tous les ans en Europe pour me rendre à Nîmes où j’ai des points de chute. Je vais aussi à Dublin ou Moscou. Et à chaque fois, je passe quelques semaines à Sedan. Je suis né ici. C’est bête mais j’aime bien cette ville », confie Denis à La Capitale.

Pour effectuer ce pèlerinage annuel, il emmène son camion aménagé au contrôle technique, puis passe la visite médicale indispensable pour renouveler son permis poids lourd.




« Je mets le camion en hivernage en Belgique. Je fais Rabat-Charleroi en avion et je le récupère là-bas quand je rentre en Europe », explique le septuagénaire.

Ce camion qu’il avait acheté pour parcourir l’Afrique avec sa femme originaire du Maroc lorsqu’il a pris sa retraite la maison est devenu la maison de Denis Ray depuis le 10 mars.

Sa mésaventure a commencé le 16 mars, à la veille le 16 mars, à la veille du confinement. « Je suis allé faire le contrôle technique à Reims. Mais un tuyau de frein s’est mis à fuir pendant le test. Ça a mis du liquide partout. Le type n’était pas content alors il a cherché la petite bête », raconte-t-il.




À moins que les réparations nécessaires ne soient effectuées, l’ex-routier ne peut plus circuler à bord de son camion. Désormais coincé sur son parking, Denis Ray réfléchit à comment réparer son vieux Renault à moindres frais.

« Je n’ai pas une grosse retraite et j’envoie la majorité à ma femme au Maroc », confie le Sédanais. En attendant que le camion soit réparé, le contrôle technique validé, Dénis bénéficie de la générosité des membres du Leclerc. Il a maintenu le contact avec sa femme restée au Maroc pour évacuer de temps à autre la solitude. Denis Ray est échoué sur le parking du Leclerc de Sedan depuis un moi et demi. Pour passer le temps, il range les chariots du supermarché durant les jours fériés : « Je ne supporte pas de rien faire ! »




À lire aussi: