Aïd Al Adha au Maroc: les prix des moutons à la baisse

Aïd Al Adha au Maroc: les prix des moutons à la baisse




L’offre en ovins et caprins destinés à l’abattage pour l’Aïd Al Adha est abondante au niveau national. La demande, elle, n’est pas au rendez-vous cette année, ce qui engendre une baisse des prix dans les souks.




À quelques jours de l’Aïd Al Adha, qui devrait être célébré au Maroc le vendredi 31 juillet, la plupart des familles n’ont pas encore acheté leurs moutons. Ce retard est dû, en particulier, au contexte sanitaire lié à la covid-19.

Ce qui est certain, c’est que l’offre en têtes cette année est abondante et les prix moyens sont, pour l’instant, abordables.

Les prix des moutons varient entre 1500 et 3500 dirhams, l’offre couvrant largement la demande. L’offre est au même niveau que l’année dernière, contrairement à la demande, qui est en baisse, ainsi que les prix des moutons.

Des bêtes de taille relativement grande sont vendues à peine à 1.300 dirhams, voire moins.




Ce sont des prix relativement bas par rapport à l’année passée, où le prix du kilogramme variait entre 47 et 51 dirhams. Cette baisse se confirme à l’Approche de l’Aïd, prévu le 31 juillet.

Cette situation s’explique par deux principales raisons, d’après le président de la Fédération. La première est relative au pouvoir d’achat des citoyens, qui est moins bon par rapport à la même période de l’année passée, en raison de la covid-19.

En effet, de nombreuses personnes ont été lourdement touchées par la crise, dont certaines ont perdu leurs emplois.

D’une autre part, les Marocains résidants à l’étranger ne seront pas nombreux au Maroc durant la période de l’Aid 2020.




Environ un million de familles des MRE avaient rallongé leurs vacances en 2019 pour passer l’Aid Al Adha au pays, ce qui avait joué sur les prix.

L’offre est au même niveau que l’année dernière, mais avec moins d’acheteurs. Le prix au kilo varie actuellement entre 30 à 35 dirhams.

Une grosse bête peut donc se vendre à partir de 1.500 dirhams, selon son poids. Il faut dire que les nombreuses mesures mises en place dans les souks par les ministères de l’Agriculture et de l’Intérieur, pour éviter la propagation du virus, n’arrangent pas les choses, et dissuadent les gens de s’y rendre.

L’Aïd Al Adha sera donc bien particulier cette année 2020.




À lire aussi: