Accidents, morts, blessés: le bilan officiel sur les routes avant « la fermeture » de 8 villes

Accidents sur les routes après les restrictions : le bilan officiel




Les statistiques des accidents corporels et des victimes de la circulation routière enregistrées sur l’ensemble du réseau routier national en rase campagne, durant les journées du 26 et 27 juillet 2020, ne diffèrent pas de celles relevées durant la même période des années antérieures, a indiqué le ministère de l’Équipement, des transports, de la logistique et de l’eau.




« Suite au communiqué des autorités publiques du dimanche 26 juillet concernant l’interdiction des déplacements depuis ou vers huit villes du Royaume pour renforcer les mesures sanitaires et lutter contre la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19), plusieurs réseaux sociaux ont relayé des photos et vidéos de citoyens sur plusieurs axes du réseau routier national dans un état de congestion aigu ainsi que des scènes répétées d’accidents corporels de la circulation routière », souligne mardi un communiqué du ministère.

Afin d’éclairer l’opinion publique, le département a collecté et analysé les données relatives aux accidents corporels de la circulation routière enregistrées sur l’ensemble du réseau routier national en rase campagne durant les 24 heures complètes de la journée du dimanche 26 juillet, et a constaté que 96 accidents corporels ont été enregistrés faisant 9 tués, 19 blessés graves et 146 blessés légers.




La journée du lundi 27 juillet 2020 a enregistré 103 accidents, 6 tués, 7 blessés graves et 141 blessés légers, a ajouté le ministère, notant que les statistiques précitées ne diffèrent pas significativement de celles enregistrées au cours de la même période des années antérieures.

En effet, les moyennes journalières du mois de juillet 2019 font ressortir 82 accidents corporels, 7 tués, 12 blessés graves et 127 blessés légers, relève le ministère selon lequel les moyennes journalières du mois de juillet sur la période 2015-2019 se situent à 84 accidents corporels, 8 tués, 18 blessés graves et 132 blessés légers.

Il a aussi fait savoir que les statistiques des accidents corporels et victimes de la circulation routière en agglomération durant ces deux jours ne présentent « aucune anormalité significative » par rapport aux données des autres jours de la semaine.




Premier bilan après les scènes de chaos sur les routes du Maroc

On attendait avec un impatience un bilan et des chiffres, après les scènes de chaos de dimanche soir sur les routes du Maroc. Bouchons, accidents, voitures en feu…les images effrayantes ont fait le tour de la Toile. Suite au communiqué des ministères de la Santé et l’Intérieur, concernant l’interdiction de sortir et d’entrer dans huit villes, les automobilistes avaient pour objectif de se rendre à un point donné avant minuit. Quel bilan tirer de cette nuit cauchemardesque ? 

« Les équipes d’ADM ont dû faire face à un volume de trafic exceptionnel avec des pics inédits dépassant les capacités de gestion et d’absorption du dit trafic et ce pour tous les intervenants », explique un communiqué des Autoroutes du Maroc rendu public. Le trafic enregistré sur le réseau autoroutier entre dimanche 26 juillet à 19h et lundi 27 juillet à 6h a été « deux fois supérieur au trafic quotidien normal sur la même tranche horaire ».




Le nombre de véhicules ayant transité sur le réseau autoroutier a dépassé les 325.000 en l’espace seulement de 11 heures, affirme ADM, ajoutant que plusieurs gares de péages et tronçons ont connu « des pics simultanés ». Le bilan des accidents, que l’on imaginait beaucoup plus important, est de 17 accidents sur le réseau autoroutier d’après les équipes d’ADM entre dimanche 26 juillet à 19h et lundi 27 juillet à 11h. 

Concernant l’axe Casablanca-Berrechid, la fréquentation a été multipliée par 4,2 en comparaison à une journée considérée à trafic dense, soit de plus de 21.000 véhicules. À la gare de péage de Bouznika, la fréquentation a été 2,5 fois supérieure à une journée considérée à trafic dense, avec plus de 22.000 véhicules par sens. Enfin, la gare de péage de Sidi Allal El Bahraoui a connu un trafic multiplié par 2 par rapport à une journée considérée à trafic dense, soit près de 16.000 véhicules.




Les Autoroutes du Maroc assure que cette période était déjà classée en « vigilance totale » caractérisée par le déploiement d’un dispositif spécial pour assurer la sécurité sur le réseau, la fluidité du trafic et l’assistance aux usagers en détresse ou en besoin d’informations. Ce dispositif mobilise tous les intervenants sur le réseau (ADM, Gendarmerie Royale, Protection Civile, sociétés de dépannage, équipe d’assistance 5050, etc), peut-on lire. 

« Tous les intervenants sur le réseau autoroutier, ainsi que les autorités locales de chaque territoire, se sont mobilisés pour sécuriser le trafic, atténuer le nombre d’accidents et le fluidifier pour libérer les voies », explique ADM, en soulignant que cette mobilisation a permis de réduire le temps nécessaire à dissiper le trafic. ADM tient enfin à remercier les usagers qui « ont fait preuve, dans leur majorité, d’une patience exemplaire sans laquelle nos interventions n’auraient pas abouties ».




À lire aussi: