(Vidéo) Décès d’un migrant à Tanger: les associations locales dénoncent la lenteur des autorités

La mort tragique d’un migrant vendredi 31 juillet à Tanger a provoqué une vague d’indignation. En cause: la «lenteur» de l’intervention des autorités dénoncée par les associations locales. Une enquête a été ouverte.




La section Nador de l’Association marocaine des droits humains (AMDH ) dénonce le fait que pendant «des heures le cadavre du migrant camerounais a été « jeté » sur la chaussée dans l’insouciance totale des autorités avant l’arrivée de l’ambulance». L’AMDH affirme, sur la base de témoignages, que «le migrant a été arrêté sur la plage et frappé violemment sur la tête».

Pour rappel, une enquête a été ouverte par les autorités compétentes sous la supervision du parquet pour déterminer les circonstances et les causes du décès du migrant subsaharien, ajoute la même source, notant qu’il a été procédé à l’interpellation des personnes qui l’accompagnaient.




Les autorités locales de la wilaya de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont affirmé que lors de leur intervention vendredi 31 juillet suite à un incendie au parc Donabo relevant de la compétence territoriale de la circonscription urbaine de Tanger, un ensemble de migrants subsahariens ont été repérés, dont l’un était inconscient. Ce dernier a été transféré à l’hôpital régional Mohammed V et que le médecin de garde avait confirmé son décès.

Ces treize personnes qui tentaient de prendre la fuite, ont été placées en garde à vue, conclut la même source.









À lire aussi: