Critiques et protestations autour de la visite de Jared Kushner au Maroc

Vives critiques et protestations autour de la visite de Jared Kushner au royaume du Maroc




Plusieurs associations, partis politiques, personnalités académiques et syndicats au Maroc ont manifesté à travers une pétition, leur opposition suite à l’annonce de l’arrivée de Jared Kushner, conseiller spécial de Donald Trump.




« La Palestine n’est ni à vendre ni à troquer ». Ainsi s’intitule l’initiative visant à contrecarrer « la campagne médiatique américaine et sioniste sur une nouvelle visite de Jared Kushner au Maroc et des tentatives de Washington et de l’entité sioniste de pousser le Maroc dans le cercle de la normalisation ».
Les auteurs de la pétition ont fait savoir que les Marocains rejettent « la visite malheureuse de cette personne » et considèrent « inacceptable » la présence du conseiller spécial du président Donald Trump sur la terre marocaine.




La pétition a reçu l’adhésion de plusieurs instances parmi lesquelles on signale, les traditionnelles associations de soutien à la lutte du peuple palestinien et contre la normalisation avec Israël, le Mouvement Unicité et Réforme, les trois partis de la Fédération de gauche démocratique, le Syndicat national de la presse marocaine, la Confédération démocratique du travail, l’Union marocaine du travail et l’Instance de soutien aux causes de l’Oumma.
Jared Kushner a fait une tournée à Tel-Aviv et dans certains pays arabes.




Jared Kushner s’est également rendu aux Émirats, en Arabie saoudite, à Bahreïn et au Qatar.
Rappelons que le conseiller spécial de Trump avait déjà été reçu par le roi Mohammed VI le 28 mai 2019 à Salé où les deux personnalités avaient évoqué entre autres sujets, «  le renforcement du partenariat stratégique ancien, solide et multidimensionnel entre le Maroc et les États-Unis, ainsi que sur les évolutions et développements que connait la région de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient ».




À lire aussi:

Jared Kushner espère que le Maroc normalisera ses relations avec Israël





(Vidéo) Les raisons du refus du Maroc de normaliser ses relations avec Israël





Le Maroc rejette toute normalisation des relations avec Israël





Le Maroc pourrait être le prochain État à normaliser ses relations avec Israël selon The Washington Post





Le nom de feu le roi Hassan II a été donné à plusieurs rues de la Palestine occupée