Bientôt des fruits et légumes marocains en Europe de l’Est

Bientôt des fruits et légumes marocains en Europe de l’Est




Ils étaient vingt-huit (28) producteurs et opérateurs marocains de fruits et légumes à échanger ce jeudi avec des opérateurs agro-logistiques polonais. Au cœur des discussions, l’exploration par les deux parties, des voies et moyens pour accroître les exportations de produits frais marocains vers l’Europe de l’Est.




« Après avoir rencontré des acheteurs potentiels en Pologne, il nous est paru évident que le principal obstacle à l’augmentation de notre part de marché, est le manque d’accès direct aux acheteurs », a affirmé Achour Daoudi de Maroccan Taste, un des participants à la rencontre.

Ceci vu que la Pologne, l’un des plus grands importateurs de petits agrumes au monde et un principal importateur de fruits et légumes de contre-saison, s’approvisionne notamment dans les pays européens dont l’Espagne, l’Italie et la Grèce.

Ainsi, la rencontre a été l’opportunité pour les opérateurs marocains et Morocco Foodex de travailler avec l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).




Mais aussi avec la Banque européenne pour la Reconstruction et le Développement (BERD) avec l’accompagnement financier de l’Union Européenne, afin de développer des solutions pouvant permettre d’envoyer directement les fruits et légumes marocains vers la Pologne et à des prix compétitifs.

Ces efforts ont pour objectif de trouver des débouchés commerciaux à haute valeur ajoutée pour le secteur horticole marocain, a indiqué Othman Tlemcani, banquier principal à la BERD,.

Il a souligné que « grâce à ce projet, Morocco Foodex a pu organiser de nombreuses rencontres au cours de l’année dernière qui ont permis aux opérateurs marocains et polonais de se rencontrer.




Ils ont pu, à l’occasion de ces différentes rencontres, échanger des informations ». D’après une récente étude, il faut « une plateforme agro-logistique établie en Pologne pour les produits marocains.

Sans cela, il serait très difficile de garantir aux acheteurs polonais la livraison d’un produit de bonne qualité, en bonne quantité et dans les délais », a précisé l’expert en agro-industrie de la FAO, Florent Tomatis.

« Il appartient maintenant aux opérateurs de construire les consortiums nationaux et les partenariats en Pologne, nécessaires pour que cela se concrétise », a souligné El Mehdi El Alami, directeur de la promotion et du développement de FOODEX.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *