Puces Tesla: le Maroc entre dans le club des producteurs de composants de véhicules électriques

Avec les puces Tesla, le Royaume du Maroc signe son entrée dans le club des producteurs de composants de véhicules électriques




La production de puces électroniques pour Tesla fera du Maroc le premier pays africain à conquérir le marché très porteur des véhicules électriques, indique un article paru sur le site d’informations The Maritime Executive, spécialisé dans l’industrie maritime.




STMicroelectronics s’apprête à inaugurer une nouvelle ligne de production de puces pour les véhicules électriques dans son usine de Bouskoura.

« Cette annonce fait du Maroc le premier pays africain à faire son entrée sur le marché émergent de l’exportation de véhicules électriques.

À l’échelle mondiale, il y a eu une pénurie criante de puces électroniques », explique The Maritime Executive. La pandémie a fait exploser la demande en puces électroniques, dépassant ainsi l’offre existante.

De plus, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement causées par la pandémie ont conduit de nombreux fabricants de puces basés en Asie à réduire leurs opérations. « Grâce à son initiation au marché, le Maroc comblera cette pénurie de puces », souligne le site d’informations.




Avec une logistique industrielle en plein essor et le plus grand port à conteneurs d’Afrique, Tanger Med, « le Maroc est en train de devenir une plaque tournante de fabrication automobile pour les industriels européens ».

Cité par The Maritime Executive, l’économiste français Henri-Louis Védie indique que « le Maroc, avec une capacité de production qui passera à 700.000 véhicules par an en 2023, a surpassé l’Afrique du Sud en tant que hub de construction automobile sur le continent africain ».

D’après cet expert, la présence des géants européens de l’automobile au Maroc a consolidé avec succès la position du Royaume dans les exportations automobiles mondiales.

« En 2019, les ventes de l’industrie automobile marocaine ont représenté 27,6% des exportations du Royaume. Ces entreprises ont attiré 200 autres fournisseurs internationaux exploitant leurs propres usines de fabrication locale.




Le Maroc a su gagner la confiance des industriels et a démontré son potentiel grâce à la qualité de ses compétences et de ses infrastructures », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, The Maritime Executive rappelle que pour la Banque mondiale, « le Maroc se distingue comme étant un pays qui a su profiter de la crise du Covid-19 pour en faire une opportunité et lancer un ambitieux programme de réformes transformatrices ».

« Certains programmes, lancés par le Royaume, visent la restructuration des établissements et entreprises publics, tels que le complexe portuaire Tanger Med géré par l’Agence spéciale Tanger Méditerranée (TMSA) », écrit encore le site d’informations.

Afin d’optimiser l’efficacité opérationnelle des activités principales de TMSA -le port et les zones franches- le gouvernement a créé une filiale, Tanger Med Port Authority, uniquement dédiée aux opérations portuaires.




Elle vise à promouvoir et développer du trafic import-export Maroc, ajoute le site spécialisé dans l’industrie maritime. « L’entrée du Maroc dans la production des puces électroniques propulse le royaume en haut du tableau.

Grâce à l’accord conclu par STMicroelectronics et Tesla, le Maroc pourrait fabriquer des véhicules électriques », a d’ailleurs écrit à ce propos le professeur Michael Tanchum dans un article récent publié sur Middle East Institute.

« Grâce à sa nouvelle ligne de production de puces électroniques, le Maroc jouera bientôt un rôle stratégique plus important dans la sécurisation des chaînes d’approvisionnement des industriels », a-t-il précisé.

Pour rappel, l’industrie automobile marocaine a connu, ces dernières décennies, particulièrement au cours de la dernière (2010-2020), un développement remarqué, avec des performances significatives à l’export et en termes de création d’emplois.




À lire aussi:

Automobile: Tesla choisit le Maroc pour son sourcing