L’Espagne affirme ne pas craindre le réarmement du Maroc

L’Espagne affirme ne pas craindre le réarmement du Maroc




Le ministère espagnol de la Défense n’envisage pas de modifier sa stratégie de défense des villes occupées de Ceuta et Melilla, malgré le transfert par le Royaume du Maroc de drones acquis auprès de la Turquie sur sa base militaire d’Al-Aroui à Nador, à seulement 30 kilomètres de Melilla.




L’Espagne semble ne pas craindre le Maroc qui renforce et modernise son armée depuis quelques années et revendique les villes autonomes de Ceuta et Melilla, car elle estime que sa politique de défense est partie intégrante de celle de l’Union européenne et de l’OTAN.

Dans une interview accordée à Europa Press, la ministre de la Défense, Margarita Robles, réaffirme la souveraineté de l’Espagne sur Ceuta et Melilla et assure qu’elles sont « des territoires espagnols au même titre que n’importe quelle autre ville d’Espagne ».

« Le Maroc mérite notre plus grand respect », a-t-elle déclaré, précisant que l’Espagne ne compte pas changer de stratégie de défense à Ceuta et Melilla face au réarmement du Maroc.




Ceci pour la simple raison que sa politique de défense est inscrite dans celle de l’Union européenne et de l’OTAN. Robles ajoute que « le Maroc n’appartient ni à l’UE, ni à l’OTAN » alors que l’Espagne est membre de ces deux institutions et son armée participe à des missions avec les casques bleus des Nations Unies.

La ministre a aussi rappelé le bref échange de 29 secondes que le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sánchez, a eu avec le président des États-Unis, Joe Biden, en marge du dernier sommet de l’OTAN, annonçant que l’Espagne abritera le prochain sommet de l’organisation l’année prochaine. Ce qui, selon elle, sonne comme une « reconnaissance par tous les pays » du rôle de l’Espagne dans l’Alliance atlantique depuis 40 ans.




« C’est la preuve que l’Espagne est un pays sérieux et fiable au niveau international », a-t-elle conclu. Le Royaume du Maroc prévoit d’acquérir 22 hélicoptères d’attaque turcs d’une valeur de 1,3 milliard d’euros ainsi que 12 drones militaires de combat turcs dans le but de surveiller les frontières des villes occupées de Sebta (Ceuta pour les espagnols) et Melilla.

Ces dernières années, le Royaume du Maroc a déroulé son ambitieux programme de renforcement de son armée pour lequel il a consacré plus de 20 milliards de dollars, avait souligné le rapport intitulé « Le Royaume du Maroc, le détroit de Gibraltar et la menace militaire contre l’Espagne » de l’Institut de la sécurité et de la culture.