Marrakech: décès de l’imam « mort et enterré » qui a appelé sa famille au téléphone

Marrakech: décès de l’imam « mort et enterré » qui a appelé sa famille au téléphone




Un imam dont la mort a été annoncée à sa famille par les services de l’hôpital Ibn Tofail à Marrakech était bel et bien vivant, au service de réanimation. C’était en fait un autre patient qui était décédé du coronavirus et qui a été enterré par la famille de l’imam. Après cette confusion dramatique, l’imam a rendu l’âme.




Admis au pavillon dédié aux malades contaminés par le nouveau coronavirus Covid-19 à l’hôpital Ibn Tofail de Marrakech, un imam a été déclaré mort des suites de sa contamination.

Avisée par les services de l’établissement sanitaire, la famille de cet imam, qui prêchait à la Mosquée Dalia dans la zone de Sidi Youssef Ben Ali à Marrakech, a organisé les funérailles du «défunt», mais en enterrant la dépouille d’un autre patient qui était décédé de la Covid-19.

D’après les sources du quotidien arabophone Al Akhbar qui rapporte l’information dans son édition du mardi 17 août, l’erreur aurait été commise par un membre de la famille de l’imam qui a vu le corps du défunt à la morgue de l’hôpital.

Mais, semble-t-il, sous l’effet du choc, ce membre de la famille a confirmé aux services de l’hôpital qu’il s’agissait bien du corps de l’imam de la Mosquée Dalia.




Ceci alors que la dépouille observée était celle d’un autre individu qui lui ressemblait.

Après le rituel de l’enterrement du corps de cet individu à la place de l’imam, la famille a reçu une communication téléphonique du centre hospitalier universitaire (CHU), Mohammed VI de Marrakech.

L’imam a finalement rendu l’âme dimanche dernier à la suite des complications de sa maladie, indiquent les mêmes sources du quotidien.

Ainsi, la famille, qui a été endeuillée par la première fausse annonce du décès de l’imam, puis enjolivée par une lueur d’espoir de le retrouver encore vivant aux soins intensifs, espérant son rétablissement, s’est replongée de nouveau dans le deuil.




À lire aussi:

Marrakech: un imam « mort et enterré » appelle sa famille au téléphone