Younès Megri en colère contre son neveu

Younès Megri en colère contre son neveu




Younès Megri reproche à Nasr, fils de son défunt frère Hassan, d’avoir diffusé, « dans une agitation absolue », des propos insensés dans la foulée de l’affaire de la tentative d’expulsion des frères Megri de la maison qu’ils louent dans la Kasbah des Oudayas à Rabat depuis 50 ans. Younès Megri est en colère contre son neveu.

Dans une publication sur son compte officiel Facebook, il tente de rétablir des éléments de vérité qui lui sont chers. « Cette affaire judiciaire, si elle concerne une partie de ma famille, ne me concerne pas personnellement », assure-t-il, avant d’exprimer son étonnement de voir que son nom et son image ont été cités dans certains supports de presse « qui ont répandu des informations erronées ».

Ces « informations sont fausses », assure Younès, qui promet qu’il ne sera jamais associé à aucune polémique remettant en cause le droit et la justice pour lesquels il a un profond respect. « Je condamne fermement le comportement de ce jeune garçon qui n’a eu de cesse d’user de la ‘liberté d’expression’ qu’offrent les réseaux sociaux pour diffuser, dans une agitation absolue, des propos insensés.




Et sans autorisation préalable de notre part, comme l’exige la loi, il diffuse nos œuvres et notre image, portant ainsi atteinte à notre réputation », poursuit l’oncle de Nasr.

Il déplore par ailleurs le fait que son neveu, « qui, au lieu de respecter la mémoire de son père qui a tant donné à la chanson marocaine, a décidé de le traîner dans la boue avec hystérie a des fins purement personnelles et égoïstes ». « Notre histoire est inscrite dans la mémoire et le cœur de plusieurs générations et non pas sur les pans d’une vieille muraille », ajoute l’artiste.

La semaine dernière, le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaid, avait reçu Younes et Mahmoud à son cabinet suite à la tentative d’expulsion des frères Megri de la maison qu’ils louent dans la Kasbah des Oudayas à Rabat depuis 1974 et qui est devenue la propriété de l’artiste plasticienne Leila Benabdeljalil, fille de l’ancien ministre Abderahim Benabdeljalil.









À lire aussi:

(Vidéo) Les frères Migri expulsés de leur maison à Rabat