Agadir: les suspects du meurtre d’Amine Chariz devant la justice

Agadir: les suspects du meurtre d’Amine Chariz comparaîtront vendredi devant la justice




La garde à vue des cinq personnes soupçonnées d’être impliquées dans le meurtre du jeune Amine à Agadir a été prolongée.

L’affaire a créé un large élan de solidarité sur les réseaux sociaux, où des internautes réclament justice pour la victime victime d’une agression mortelle suite à une altercation.

La période de garde à vue a été prolongée pour les cinq personnes soupçonnées d’être impliquées dans le meurtre d’Amine Chariz, âgé de 21 ans.

Elles ont été placées en garde à vue pendant 48 heures avant-hier, «mais il a été décidé de prolonger cette durée pour 24 heures supplémentaires», a déclaré le militant Reda Taoujni.

Le rapport d’autopsie médicale qui a été effectué hier sur le corps d’Amine, afin de déterminer avec précision les causes du décès, sera présenté demain au procureur général du roi près la Cour d’appel d’Agadir.




Par ailleurs, la mère du défunt est apparue dans une vidéo, où elle a fait part de son choc. En pleurs, elle a raconté être allée à l’hôpital pour voir son fils, assurant avoir vu qu’il ne montrait pas de signes suggérant un accident de la route.

Elle a ajouté que «la seule blessure apparente sur son corps se trouvait au niveau de la tête».

La mère de famille a ainsi rejeté les versions circulant sur les réseaux sociaux et promues selon elle par les cinq suspects, «tentant ainsi de détourner les charges qui pèsent contre eux».

Dans des enregistrements sonores diffusés sur les réseaux sociaux, appartenant probablement à certaines des personnes impliquées dans l’affaire, on entend en effet des personnes se mettre d’accord sur une seule version à maintenir auprès des autorités compétentes, à savoir qu’«Amine s’est jeté hors de la voiture».




Les mis en cause tenteraient de camoufler les circonstances du décès

À la fin de la vidéo, la mère de la victime a lancé un appel pour que justice soit faite et que son fils soit réhabilité.

L’affaire Amine Chariz a suscité un large élan de solidarité sur les réseaux sociaux, où un groupe Facebook et un hashtag ont été créés, au nom de «justicepouraminechariz».

Le drame est survenu samedi dernier, lorsque la victime, accompagnée d’un groupe d’amis, est sortie dîner dans un restaurant.

Sur le chemin du retour, une altercation s’est déclenchée entre eux, vers une heure du matin et le décès serait survenu dans des circonstances troubles.

Amine aurait été «frappé à la tête avec une batte de baseball».




Ce qui lui aurait causé une hémorragie interne et une fracture du crâne, selon de précédentes déclarations de Reda Taoujni.

La victime, connue dans la ville d’Agadir pour ses œuvres caritatives, a été transférée à l’hôpital Hassan II d’Agadir vers quatre heures du matin par ses amis.

Amine Chariz a alors été transféré au service de réanimation, où il a été mis sous respiration artificielle, avant de rendre son dernier souffle.

Ses amis ont, quant à eux, décidé de prendre la fuite.

Après l’autopsie effectuée hier, la dépouille du jeune homme a été inhumée le même jour au cimetière musulman Tilila, en présence de sa famille, de ses proches et d’un grand nombre de sympathisants.




À lire aussi:

(Vidéo) Amine Chariz victime d’un accident ou d’un homicide ?