Maroc: une stratégie proactive pour lutter contre le trafic d’armes

LE MAROC ADOPTE UNE STRATÉGIE SÉCURITAIRE ANTICIPATIVE POUR LUTTER CONTRE LE TRAFIC D’ARMES

Après la mise en échec de tentatives de trafic d’armes à feu et de munitions dans les ports de Nador et Tanger Med, le Royaume du Maroc met en place une stratégie sécuritaire proactive et réactive pour lutter contre le phénomène.




«Après la saisie d’armes à feu par les éléments de la Douane exerçant dans le port de Beni Ansar à Nador et l’identification des caractéristiques de l’armement saisi, les services compétents des ports du Nord et de l’Oriental sont en état d’alerte». De plus, la nature des armes à feu saisies, qui seraient dangereuses, a poussé les services concernés aux points de passage frontaliers au Nord et dans l’Oriental, à durcir les contrôles douaniers et sécuritaires sur les containers pour lutter contre tout trafic d’articles illicites. D’après les sources du quotidien arabophone Assabah, «une enquête a été ouverte après la mise en échec des tentatives de trafic d’armes en question.




L’enquête se poursuit pour élucider toutes les circonstances entourant ce trafic et ses différentes ramifications». Les mêmes sources précisent que «les services de la Douane avaient saisi au port de Beni Ansar à Nador un pistolet soigneusement dissimulé dans un colis envoyé d’Europe vers le Maroc via les soins d’une entreprise de transport de bagages non accompagnés». L’entreprise de transport concernée, qui dispose d’une immatriculation au registre du commerce dans l’Oriental, a été fondée par un ressortissant marocain natif de la même région, indiquent les sources du quotidien. La vigilance des services de la Douane et de la police exerçant au port de Beni Ansar à Nador avait également permis plusieurs saisies.




«Cinq bombes lacrymogène, cinq dagues à usage militaire, onze caméras de surveillance, un pistolet automatique et quarante-neuf cartouches». C’est la troisième fois en peu de temps que la coordination entre les éléments de la Douane et les éléments de la sûreté nationale exerçant dans le port de Beni Ansar parvient à mettre en échec des tentatives de trafic d’armes à feu, font savoir les mêmes sources. Cette coordination s’inscrit dans le cadre d’une stratégie sécuritaire anticipative misant sur les ressources humaines et les moyens technologiques en renforçant les dispositifs de contrôle intelligent basé sur le ciblage, l’analyse, l’échange et le croisement des données.



(Photos) Fabrication illégale d’armes à feu: arrestation de 10 individus