Coronavirus: les douanes interceptent 2 millions de masques médicaux

Les masques interceptés par les douanes étaient sur le point d’être exportés. Les services des douanes viennent d’autoriser leur écoulement sur le marché local selon des procédures très strictes.




Les douanes ont saisi dernièrement plus de 2 millions de masques médicaux. Le stock saisi appartient à plusieurs sociétés exportatrices, rapporte le quotidien Assabah dans son édition du week-end des 21 et 22 mars. Cet important lot de masques a été libéré pour être mis en vente il y a deux jours. B

ien sûr, il ne s’agit pas de les exporter, mais de les commercialiser sur le territoire national en coordination avec les autorités compétentes selon des procédures dictées par les ministères de l’Intérieur et de la Santé, assure le quotidien. Citant des sources bien informées, Assabah souligne que la levée de l’embargo sur la vente de ces masques a été décidée et se fera en suivant un protocole et des consignes très stricts.




C’est ainsi, explique le quotidien, que les autorités compétentes ont informé les différents intéressés, publics et privés, sur la disponibilité des masques, les invitant à exprimer leurs besoins en la matière. Pour ce faire, les délégations du ministère de la Santé, les collectivités territoriales, les société délégataires de la gestion de la collecte des déchets urbains ainsi que les centres commerciaux désireux d’en acquérir pourront saisir par écrit les services des douanes en précisant le nombre de masques demandés et le degré d’urgence de leur commande.

Une fois les commandes validées, les lots demandés seront chargés depuis l’aéroport de Nouaceur pour être livrés aux acquéreurs. Assabah a pu apprendre que les services des douanes ont mis la main, il y a un mois et demi, sur une quantité importante de masques alors qu’elle était sur le point d’être exportée.




Les sociétés exportatrices n’avaient pas compris alors les motifs de cette saisie, affirmant agir en toute légalité et dans le cadre de contrats conclus avec des entreprises étrangères. Les exportateurs ont ensuite compris le bien-fondé de cette mesure, après que le ministère de tutelle a décidé, par décret, l’interdiction d’exporter ces genre de produits pour des raisons d’urgence sanitaire, affirme le quotidien. Ces entreprises ont donc été invitées à orienter leur marchandise vers le marché local.

Par ailleurs, explique le quotidien, plusieurs communes ont déjà exprimé des besoins urgents en masques, notamment pour les services d’hygiène municipale et les services de la médecine légale. De leur côté, les sociétés de gestion de la collecte des déchets urbains ont également exprimé une demande tout aussi urgente pour pouvoir protéger leur personnel. C’est également le cas des délégations du ministère de la Santé qui font état d’un besoin immédiat pour couvrir la demande pressante des médecins et des infirmiers des hôpitaux publics.




À lire aussi: