Un hôtel à Tanger met 25 chambres à disposition du personnel médical

Une unité hôtelière à Tanger a mis 25 chambres à la disposition d’un certain nombre du personnel médical oeuvrant en première ligne pour prendre en charge les cas de contamination par le nouveau coronavirus (covid19) au niveau de la préfecture de Tanger-Assilah.




La direction de l’hôtel Le Rio a consacré 25 chambres, dont bénéficient actuellement 18 médecins et infirmiers du personnel médical oeuvrant dans la lutte contre le nouveau coronavirus, a affirmé le directeur de l’hôtel, Hamid Lachiri, dans une déclaration à la MAP, précisant que la direction de l’hôtel offre des services complets aux bénéficiaires, et ce dans le cadre des efforts de solidarité nationale pour contenir le virus.

Cette démarche solidaire, lancée à l’initiative du propriétaire de l’hôtel, vise à fournir les conditions nécessaires pour prendre en charge et isoler le personnel médical de leurs familles afin de lutter contre le danger de propagation du virus, a-t-il expliqué, appelant les autres unités hôtelières de la ville à contribuer dans ce sens pour protéger les familles du personnel soignant travaillant pour contenir le virus.




Il a également fait savoir que la direction de l’hôtel, qui comprend 77 appartements touristiques, a mis à la disposition du personnel médical des salles de bains et cuisines séparées du reste des clients, et ce en application du principe de l’isolement et afin de minimiser le danger de propagation du virus, ajoutant que les conditions d’hébergement sont similaires à celles des foyers, pour garantir un confort psychologique au personnel médical.

La direction de l’hôtel a offert un séjour ouvert au personnel médical avec l’ensemble des services nécessaires, et ce pour limiter leurs déplacements et garantir leur hébergement à proximité de l’établissement hospitalier chargé de prendre en charge les cas atteints du coronavirus, tout en les isolant de leurs familles par protection lors de ces circonstances exceptionnelles, a-t-il conclu.




À lire aussi: