Un arrêté préfectoral a décrété la fermeture des débits d’alcool de Marrakech

Les autorités de la wilaya de Marrakech ont décidé de réduire les horaires d’ouverture des marchés de proximité et ceux populaires (Souikas) à 6h, et de fermer les dédits d’alcool, en tant que mesures préventives pour endiguer la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).




Malgré les mesures mises en place par le ministère de l’Intérieur, des Marocains continuent de violer l’état d’urgence sanitaire visant à endiguer l’épidémie du coronavirus, au risque d’exposer le pays à la prolifération de foyers infectieux.

L’anarchie règne au sein des centres commerciaux de proximité et des marchés populaires; dans ce cadre, le wali de la région Marrakech-Safi, gouverneur de la préfecture de Marrakech, Karim Kassi Lahlou a émis une décision qui fixe les horaires d’ouverture de ces espaces de vente à partir de 7h jusqu’à 13h, au niveau de la préfecture de Marrakech, soit 6h par jour.

Toute dérogation à ces nouvelles dispositions exposera les contrevenants (établissements et personnes) aux sanctions prévues par la réglementation en vigueur, a précisé le communiqué datant du 29 mars dernier. Toute personne qui viole les dispositions de ladite réglementation sera interdite d’exercer son métier et fera l’objet de poursuites judiciaires, telles qu’elles sont énoncées par les lois en vigueur.




Par ailleurs, l’arrêté préfectoral a décrété la fermeture, jusqu’à nouvel ordre, de l’ensemble des débits d’alcool situés dans la ville ocre et ce depuis le mardi 31 mars. La majorité des personnes ayant violé l’état d’urgence, avaient été interpellées dans un état d’ébriété avancée.

La mise en oeuvre de cette décision exceptionnelle sera confiée aux autorités locales et aux services de la Sûreté Nationale et de la Gendarmerie Royale, jusqu’à la levée de l’état d’urgence sanitaire.

Cette décision s’inscrit dans le cadre des mesures préventives et proactives adoptées en application de l’état d’urgence sanitaire décrété par les autorités compétentes pour faire face à la propagation du Covid-19.




À lire aussi: