Grâce royale au profit de plusieurs milliers de détenus: un geste humaniste

Dans le cadre des mesures visant à éviter la propagation du coronavirus, le roi Mohammed VI a accordé la grâce royale à 5.654 prisonniers relevant de différents établissements pénitentiaires du royaume. Un geste humaniste.




La décision royale de gracier plus de cinq milliers et demi de prisonniers a eu un large écho dans la presse quotidienne arabophone paraissant ce lundi 6 avril. Deux supports se sont contentés de reprendre le communiqué du ministère de la Justice in extenso. Pour sa part, et sous le titre «Pour contrer la propagation du Covid-19, le roi gracie 5.654 détenus», le quotidien Al Massae met en exergue les critères à la fois humanitaires et objectifs sur lesquels s’est basée la décision royale.

Ces détenus ont été triés selon les critères de l’âge, de l’état de santé précaire, de la durée de détention, de la bonne conduite, du bon comportement et de la discipline en milieu carcéral. Al Massae laisse ainsi entendre que ces détenus relâchés ne pourront en aucun constituer un danger pour la société.




Surtout en ces temps de confinement où les forces de l’ordre veillent davantage au grain, nuit et jour. C’est en se basant justement sur ces critères objectifs qui ont permis de sélectionner judicieusement les détenus méritant cette grâce que le quotidien Al Ahdath Al Maghribia, sous le titre «Une grâce royale humanitaire», explique que cette décision est d’autant plus perspicace et bienvenue qu’elle intervient à un moment où le Maroc vit une période exceptionnelle d’Etat d’urgence sanitaire, sans précédent dans son histoire.

Concernant ceux qui vont profiter de cette grâce, Al Ahdath précise que les condamnés dans les événements d’Al Hoceima ne sont pas concernés, mis à part une dizaine d’entre eux qui se trouvaient dans des centres de détention à Al Hoceima même et à Tanger.




Ces derniers ont, en effet, fait preuve de discipline et d’assiduité dans leurs études derrière les barreaux, contrairement aux principaux meneurs de ces événements. Le quotidien rappelle aussi que l’objectif, au départ, était de libérer le plus grand nombre possible de détenus, soit quelque 8.000 personnes environ.

Mais l’application stricte de critères humanitaires et objectifs, loin des «pressions politiciennes et autres», écrit Al Ahdath, n’a finalement permis de sélectionner que les 5.654 personnes graciées. Et de rappeler que le roi a également donné ses instructions en vue de renforcer la sécurité sanitaire de la population carcérale pour la prémunir contre toute contamination au Covid-19.




À lire aussi: