Covid-19: le Sénégal et le Gabon ferment leurs frontières aux ressortissants de l'UE

Covid-19: le Sénégal et le Gabon ferment leurs frontières aux ressortissants de l’Union Européenne




Aucune destination n’est moins importante qu’une autre. C’est ce que semblent faire comprendre le Sénégal et le Gabon aux pays de l’espace Schengen. Leurs deux gouvernements ont décidé ce mercredi d’appliquer la réciprocité aux pays qui ferment encore leurs frontières à leurs ressortissants.




Parce qu’il va falloir vivre encore longtemps avec le Covid-19, plusieurs pays ont décidé de reprendre leur économie en main. C’est dans ce cadre que l’espace Schengen a décidé de rouvrir ses frontières à certains pays, en excluant une cinquantaine d’Etat africains.
Une mesure qui ne plait vraisemblablement pas aux dirigeants du pays de la Teranga qui n’ont pas mis beaucoup de temps à réagir. Dans une note parvenue à la presse, l’Etat du Sénégal a décidé d’appliquer le principe de la réciprocité. Le Gabon d’Ali Bongo, n’a pas tardé, lui aussi, à réagir. 
Suite à la décision de l’Union européenne de bannir le Sénégal de la liste des pays autorisés à voyager dans son espace, l’Etat du Sénégal, à travers le ministre Alioune Sarr, a décidé que le principe de la réciprocité sera applicable à tous les États ayant pris des mesures à l’encontre du Sénégal», informe la note.




Au Sénégal, la réouverture du ciel aux vols internationaux est fixée au 15 juillet courant. Pour sa part le Gabon, à quelques heures d’intervalle, a pris une décision similaire, en envoyant une note circulaire à l’ensemble « des chefs de missions diplomatiques et des postes consulaires du Gabon à l’étranger » en leur demandant de « maintenir la suspension de visas tourisme aux ressortissants des 27 pays de l’Union européenne désirant se rendre au Gabon ». 
Les pays de l’Union européenne qui envisagent la réouverture de l’espace Schengen à partir du 11 juillet n’autorisent que 4 pays africains dans leur espace.
Cette liste élaborée sur la base de «pays à situation épidémiologique similaire avec l’Europe» exclut le continent africain.




Une exclusion à l’exception de l’Algérie, du Maroc, de la Tunisie et du Rwanda. À ces pays s’ajoutent d’autres du reste du monde (Australie, Canada, Géorgie, Japon, Monténégro, Nouvelle-Zélande, Serbie, Corée du Sud, Thaïlande, Uruguay, Chine).
Il est clair que la décision de l’Union européenne est perçue comme injuste par beaucoup d’Africains, puisqu’à juste titre, l’Afrique est le continent le moins touché par la pandémie du Covid-19, ne compte que 420.000 cas de contamination et vient à peine de franchir la barre des 10.000 décès.
Alors qu’au moins cinq pays de l’Union européenne ont chacun nettement plus de morts que tout le continent africain réuni.




À lire aussi:

Ouverture des frontières de l’UE: la Hongrie dit non au Maroc





Ouverture des frontières de l’UE: L’Allemagne et la Tchéquie retirent le Maroc de la liste des pays sûrs





(Vidéo) Maroc-Espagne: Madrid exige une réciprocité pour ouvrir ses frontières