Le Maroc rapatrie les Marocains bloqués dans les présides de Sebta et Melilla

Le Maroc rapatrie les Marocains bloqués dans les présides de Sebta et Melilla




Le Maroc va rapatrier, à partir de ce vendredi 15 mai, des centaines de Marocains bloqués dans les présides de Sebta et Melilla. Tout a été prévu pour la mise en quarantaine et l’accompagnement médical.

Abdelouafi Laftit l’avait promis fin avril, et c’est désormais (presque) chose faite. Le Maroc va procéder au rapatriement de plusieurs centaines de nos concitoyens bloqués depuis la mi-mars à Sebta et à Melilla après la fermeture des frontières terrestres, maritimes et aériennes du Royaume.




« Nous travaillons sur les procédures, pour un retour des Marocains bloqués à Sebta et à Melillia dans un avenir proche et oeuvrons pour que ce retour s’effectue dans de bonnes conditions pour tous », avait annoncé le ministre de l’Intérieur, au Parlement, le 29 avril.

Ce vendredi 15 mai et au moment où nous mettons en ligne, d’ultimes réunions étaient tenues au niveau des autorités pour mettre les touches finales à cette opération de rapatriement qui devra concerner plusieurs centaines de Marocains, généralement des travailleurs journaliers résidant dans les villes du Nord du Royaume.




L’agence espagnole EFE, qui cite des sources officielles marocaines, parle d’un total de 500 Marocains qui seraient concernés par ce rapatriement.

Selon EFE, 200 Marocains vont être rapatriés, ce jour même, alors qu’une deuxième étape concernera 300 autres personnes. Quant au lieu où vont être mises en quarantaine les personnes rapatriées, EFE parle de plusieurs hôtels réquisitionnés dans la ville balnéaire de Saïdia.

Pour Melilla, notre correspondant permanent dans le Nord affirme que les autorités ont mobilisé sept autocars qui vont partir au poste-frontière de Beni Nsar (région de Nador) pour rapatrier quelque 175 Marocains qui seront également acheminés, par la suite à Saïdia.




Valeur de test
Ces opérations de rapatriement de Sebta et Melilla feront valeur de test pour les autorités marocaines et surtout pour les capacités du pays à gérer ce genre de situations en termes de structures d’accueil et de suivi médical et social. Et sachant que des milliers de Marocains (leur nombre est évalué à 27.000) attendent de pouvoir retourner dans leur pays.

Selon toute vraisemblance et d’après ce qu’on a compris des propos des responsables marocains (Nasser Bourita au Parlement, entre autres), les Marocains bloqués en Algérie seraient les premiers concernés après ceux rapatriés de Sebta et Melilla.

Rappelons enfin que tous les frais liés à cette opération sont à la charge de l’Etat, y compris l’hébergement, la restauration et les soins lors de la période de mise en quarantaine.




À lire aussi: