Au Maroc, les restaurateurs en colère

Au Maroc, les restaurateurs en colère contre la décision de fermeture à 23h00




La décision de fermeture des restaurants à 23 h n’est pas du goût des professionnels du secteur qui demandent une extension des horaires d’ouverture.




« L’obligation de fermer nos portes à 23h00 ne figure nulle part dans le communiqué conjoint des ministères du Tourisme et de l’Intérieur, qui autorise la reprise de l’activité à partir du 25 juin.

Cette décision nous a été imposée à la dernière minute, et nous ne comprenons pas son intérêt », a déclaré Khalid Abbadi, président de l’Association régionale des restaurants de la région de Casablanca-Settat et de la Fédération nationale des restaurants du Maroc. « Nous sommes prêts à respecter toutes les autres mesures de prévention, notamment la limitation de la capacité d’accueil à 50%.




Mais aussi la distanciation d’un mètre entre les tables et le personnel, avec tout ce qu’elles entraînent comme pertes, mais qu’on nous impose de fermer à 23h, en été, après 3 mois d’inactivité, c’est incompréhensible, d’autant plus que les gens commencent à sortir à partir de 21h30, en particulier à Casablanca », s’indigne-t-il.

« Nous avons l’impression que nous ne sommes pas écoutés par les autorités, se désole un restaurateur exerçant à Casablanca. Pour nous, il est très clair que si on ne rallonge pas les horaires de travail, ça ne sert à rien de rouvrir. […]




En plus de la limitation de la capacité d’accueil des restaurants et de la distanciation, j’estime que c’est un cumul de mauvaises décisions qui jouent contre nous. »

« Nous avons préparé un courrier, que nous allons envoyer lundi 6 juillet aux ministères de l’Intérieur et du Tourisme ainsi qu’aux Walis des Régions de Rabat-Salé-Témara, et de Casablanca-Settat, pour demander de reconsidérer les horaires d’ouverture », font savoir Hassan Benarfa, président de l’Association des restaurateurs de la région de Rabat et M. Abbadi. Leur souhait, diront-ils, c’est d’être autorisés à rester ouverts au moins jusqu’à minuit.




À lire aussi: