Coronavirus: 120 Marocains nourris et logés par le consulat du Maroc à Algésiras

Le consulat du Maroc à Algésiras a annoncé prendre en charge plus d’une centaine de Marocains bloqués dans le sud de l’Espagne. Il s’explique également sur la reconduction en Italie de plusieurs centaines de Marocains qui tentaient de regagner le Maroc.




«Tout le monde va bien », affirme le consul général du Maroc à Algésiras Mohamed Rafaoui, évoquant la situation des Marocains bloqués en Espagne.

Il affirme, dans une interview accordée à La Opinion de Malaga, qu’actuellement 120 Marocains sont nourris et logés, tandis que le consulat cherche des aides urgentes pour 40 Marocains bloqués dans la Costa del Sol.

Par jour, le consulat débourse 2 500 euros dans les quatre hôtels réservés à ces Marocains. De plus, «nous garantissons même une nourriture préparée quotidiennement dans un restaurant marocain à Algeciras, dans l’optique de ne pas avoir à quitter les hôtels et donc de respecter scrupuleusement les directives sanitaires appliquées en Espagne et également prises au Maroc», affirme le consul.




Ce dernier affirme que les services consulaires s’activent pour «trouver une solution dans les prochains jours, pour un total de 40 Marocains qui se trouvent sur la Costa del Sol».

«Nous savons que la mesure est venue soudainement, qu’elle a été prise par notre roi et que plus tard de nombreux autres gouvernements ont suivi», poursuit le consul Mohamed Rafaoui.

Le consul revient également sur la vidéo polémique, où on le voit distribuer des billets de 50 euros à des Marocains, qui sont reconduits en Italie, épicentre de la pandémie en Europe. Ces Marocains qui tentaient de regagner le Maroc ont été reconduits «vers leur lieu de résidence habituel», car selon le consul «il n’était pas logique de mettre en danger la santé de nos compatriotes au Maroc ou celle des Espagnols.

C’est pourquoi nous avons décidé qu’ils devaient rentrer en Italie, tout comme les citoyens qui, ces derniers jours, sont venus d’autres pays européens ont dû rentrer, dans presque les mêmes circonstances».




À lire aussi: